Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

L'histoire est composée de ce que les hommes font contre leur propre génie.

older | 1 | .... | 211 | 212 | (Page 213) | 214 | 215 | .... | 1128 | newer

    0 0
  • 12/01/14--06:58: Toto
  • Antonio Focas Flavio Angelo Ducas Comneno De Curtis di Bisanzio Gagliardi dit Totò (né le 15 février 1898 à Naples - mort le 15 avril 1967 à Rome) est un acteur italien de théâtre et de cinéma.

    Toto

    Il est moins connu en France que dans son pays, l'Italie, où il jouit d'une immense popularité. Né Antonio de Curtis, il adopte le nom de scène de Totò et débute sa carrière avec des numéros d'improvisation et d'imitations dans des petits théâtres de Naples. Après être parti pour Rome vers 1922, il gagne en notoriété et en 1930, il possède sa propre compagnie de théâtre et part en tournée en Italie pour diverses revues (riviste), toutes chaleureusement accueillies du public. Il apparaît pour la première fois dans un film en 1937, Fermo con le mani ! (Arrête avec tes mains !) de Gero Zambuto qui sera suivi en 1939 de Animali pazzi (Animaux fous) de Carlo Ludovico Bragaglia et en 1940 de Totò, apôtre et martyr (San Giovanni decollato) d'Amleto Palermi. Ces films sans grand succès le poussent à continuer au théâtre où il obtient des accueils triomphaux dans des spectacles mis en scène par Antonio Galdieri et où, parfois, il donne la réplique à Anna Magnani.

    En 1947, Mario Mattoli lui ouvre la voie du succès sur pellicule avec Les Deux Orphelins (I Due orfanelli). Il va, dès lors, travailler de plus en plus pour le cinéma, ce qui l'amènera à quitter petit à petit les planches. Au cours de sa carrière, il joua dans plus de cent films. Ses nombreux rôles comiques lui assurèrent une grande notoriété. Il jouera aux côtés de grands noms du cinéma italiens tels que Paolo Stoppa, Titina De Filippo, Peppino De Filippo, Aldo Fabrizi, Giovanna Ralli, Gino Cervi, Vittorio De Sica, Silvana Pampanini, Erminio Macario (un autre grand acteur burlesque de l'époque), Anna Magnani, Marisa Merlini, Sandra Milo, Alberto Sordi, Nino Manfredi, Ugo Tognazzi, Vittorio Gassman, Renato Salvatori, Carla Gravina, Claudia Cardinale, Marcello Mastroianni, Silvana Mangano ainsi que de célèbres acteurs internationaux tels que Joséphine Baker, Mistinguett, Fernandel, Louis de Funès, Jean-Claude Brialy, Jean Rochefort, Claudine Auger, Viviane Romance, Orson Welles ou Ben Gazzara. De grands réalisateurs italiens l'ont fait travailler comme Mario Monicelli, Steno, Luigi Comencini, Mario Costa, Lucio Fulci, Sergio Corbucci, Dino Risi, Alessandro Blasetti, Vittorio De Sica, Roberto Rossellini et Pier Paolo Pasolini.

    Totò perd la vue en 1956 mais tourne pour le cinéma jusqu'à la fin de sa vie. Il a reçu une mention spéciale pour sa performance d'acteur au Festival de Cannes 1966. Auteur également de chansons à succès, la plus célèbre étant sûrement Malafemmena (it) (littéralement « la mauvaise femme ») en 1951, ainsi que de poésies napolitaines parues dans le recueil 'A livella en 1964, Totò est mort d'une crise cardiaque, le 15 avril 1967, à Rome, à l'âge de 69 ans.

    Filmographie

    • 1935 : Fermo con le mani ! (Arrête avec tes mains !) de Gero Zambuto, rôle du comte Totò di Torretora
    • 1937 : Animali pazzi (Animaux fous) de Carlo Ludovico Bragaglia, rôle du baron Tolomeo dei Tolomei
    • 1940 : Totò, apôtre et martyr (San Giovanni decollato) d'Amleto Palermi et Giorgio Bianchi, rôle de maître Agostino Miciacio
    • 1941 : L'Allegro fantasma d'Amleto Palermi
    • 1943 : Due cuori fra le belve de Giorgio Simonelli, Arcobaleno de Giorgio Ferroni
    • 1945 : Il Ratto delle sabine de Mario Bonnard
    • 1947 : Les Deux orphelins (I Due orfanelli) de Mario Mattoli avec Luigi Almirante, rôle de Gasparre
    • 1948 : Fifa e arena de Mario Mattoli, Totò al giro d'Italia de Mario Mattoli
    • 1949 : Yvonne la nuit de Giuseppe Amato
    • 1949 : L'Imperatore di Capri de Luigi Comencini
    • 1949 : I Pompieri di Viggiù de Mario Mattoli
    • 1949 : Totò cerca casa de Mario Monicelli et Steno
    • 1949 : Totò le Moko de Carlo Ludovico Bragaglia
    • 1950 : Naples millionnaire (Napoli milionaria) d'Eduardo De Filippo, rôle de Pasquale Miele
    • 1950 : Totò sceicco de Mario Mattoli,
    • 1950 : 47 morto che parla de Carlo Ludovico Bragaglia
    • 1950 : Figaro qua, Figaro là de Carlo Ludovico Bragaglia
    • 1950 : Le Sei mogli di Barbablù de Carlo Ludovico Bragaglia
    • 1950 : Totò cerca moglie de Carlo Ludovico Bragaglia
    • 1950 : Totò Tarzan de Mario Mattoli
    • 1951 : Gendarmes et voleurs (Guardie e ladri) de Mario Monicelli et Steno, rôle de Ferdinando Esposito
    • 1951 : Sette ore di guai de Marcello Marchesi et Vittorio Metz
    • 1951 : Totò e i re di Roma de Mario Monicelli et Steno
    • 1951 : Totò terzo uomo de Mario Mattoli
    • 1952 : Totò e le donne de Mario Monicelli et Steno
    • 1952 : Totò a colori de Steno
    • 1953 : Il più comico spettacolo del mondo de Mario Mattoli
    • 1953 : Un Turco napoletano de Mario Mattoli
    • 1953 : Una di quelle (Totò, Peppino e una di quelle) d'Aldo Fabrizi
    • 1953 : L'Uomo, la bestia e la virtù de Steno, rôle du professeur Paolino
    • 1954 : L'Or de Naples (L'Oro di Napoli) de Vittorio De Sica, segment La Gouape (Il Guappo), rôle de Don Saverio Petrillo
    • 1954 : Où est la liberté ? (Dov'è la libertà ?) de Roberto Rossellini, rôle de Salvatore Lojacono
    • 1954 : Totò misère et noblesse (Miseria e nobiltà) de Mario Mattoli
    • 1954 : Quelques pas dans la vie (Tempi nostri) d'Alessandro Blasetti et Paul Paviot
    • 1954 : Il medico dei pazzi (litt. : le médecin des pauvres) de Mario Mattoli
    • 1954 : Questa è la vita segment La Patente de Luigi Zampa
    • 1954 : Totò all'inferno de Camillo Mastrocinque
    • 1954 : Totò cerca pace de Mario Mattoli
    • 1954 : I tre ladri de Lionello De Felice
    • 1955 : Histoires romaines (Racconti romani) de Gianni Franciolini
    • 1955 : Carosello del varietà d'Aldo Bonaldi et Aldo Quinti
    • 1955 : Il Coraggio de Domenico Paolella
    • 1955 : Destinazione Piovarolo de Domenico Paolella
    • 1955 : Siamo uomini o caporali de Camillo Mastrocinque
    • 1955 : Totò e Carolina de Mario Monicelli
    • 1956 : La Banda degli onesti de Camillo Mastrocinque
    • 1956 : Totò, lascia o raddoppia? de Camillo Mastrocinque
    • 1956 : Totò, Peppino e i… fuorilegge de Camillo Mastrocinque
    • 1956 : Totò, Peppino e... la malafemmina de Camillo Mastrocinque
    • 1957 : Dites 33 (Totò, Vittorio e la dottoressa) de Camillo Mastrocinque
    • 1958 : La Loi, c'est la loi (La Legge è legge) de Christian-Jaque, rôle de Giuseppe La Paglia
    • 1958 : Le Pigeon (I Soliti ignoti) de Mario Monicelli, rôle de Dante Cruciani
    • 1958 : Totò nella luna de Steno
    • 1958 : Mon gosse (Totò e Marcellino) d'Antonio Musu
    • 1958 : Gambe d'oro de Turi Vasile et Antonio Margheriti
    • 1958 : Parisien malgré lui (Totò a Parigi) de Camillo Mastrocinque
    • 1958 : Totò, Peppino e le fanatiche de Mario Mattoli
    • 1959 : Fripouillard et Cie (I Tartassati) de Steno
    • 1959 : I Ladri de Lucio Fulci
    • 1959 : Arrangiatevi! de Mauro Bolognini
    • 1959 : La Cambiale de Camillo Mastrocinque
    • 1959 : Un coup fumant (Totò, Eva e il pennello proibito) de Steno
    • 1960 : Totò, Fabrizi e i giovani d'oggi de Mario Mattoli
    • 1960 : Chi si ferma è perduto de Sergio Corbucci
    • 1960 : Letto a tre piazze de Steno
    • 1960 : Noi duri de Camillo Mastrocinque
    • 1960 : Larmes de joie (Risate di gioia) de Mario Monicelli
    • 1960 : Signori si nasce de Mario Mattoli
    • 1960 : Totò ciak de Daniele d'Anza
    • 1961 : Totò, Peppino e... la dolce vita de Sergio Corbucci
    • 1961 : I due marescialli de Sergio Corbucci
    • 1961 : Sua Eccellenza si fermò a mangiare de Mario Mattoli
    • 1961 : Tototruffa '62 de Camillo Mastrocinque
    • 1962 : Les Deux Colonels (I due colonnelli) de Steno
    • 1962 : Le Jour le plus court (Il Giorno più corto) de Sergio Corbucci
    • 1962 : Lo smemorato di Collegno de Sergio Corbucci
    • 1962 : Totò contro Maciste de Fernando Cerchio
    • 1962 : Totò diabolicus de Steno
    • 1962 : Totò di notte n. 1 de Mario Amendola
    • 1962 : Totò e Peppino divisi a Berlino de Giorgio Bianchi
    • 1963 : Il Comandante de Paolo Heusch
    • 1963 : Il Monaco di Monza de Sergio Corbucci
    • 1963 : Les Motorisées (Le Motorizzate) de Marino Girolami
    • 1963 : Gli onorevoli de Sergio Corbucci
    • 1963 : Totò contro i 4 de Steno
    • 1963 : Totò e Cleopatra de Fernando Cerchio
    • 1963 : Totò sexy de Mario Amendola
    • 1964 : Ah! Les belles familles (Le Belle famiglie) d'Ugo Gregoretti
    • 1964 : Che fine ha fatto Totò baby? d'Ottavio Alessi
    • 1964 : Totò contro il pirata nero de Fernando Cerchio
    • 1964 : Totò d'Arabia de José Antonio de la Loma
    • 1965 : Gli amanti latini de Mario Costa
    • 1965 : La Mandragore (La Mandragola) d'Alberto Lattuada
    • 1965 : Rita, la figlia americana de Piero Vivarelli
    • 1966 : Des oiseaux, petits et gros (Uccellacci e uccellini) de Pier Paolo Pasolini, rôle d'Innocenti Totò / frère Cicillo
    • 1966 : Les Sorcières (Le Streghe), segment La Terre vue de la Lune (La Terra vista dalla luna) de Pier Paolo Pasolini, rôle de Ciancicato Miao
    • 1966 : Che cosa sono le nuvole de Pier Paolo Pasolini
    • 1967 : Opération San Gennaro (Operazione San Gennaro) de Dino Risi
    • 1967 : Il Latitante (TV) de Daniele d'Anza
    • 1967 : Don Giovannini (TV) de Bruno Corbucci
    • 1967 : Il Grande maestro de Daniele d'Anza
    • 1967 : La Scommessa (TV) de Daniele d'Anza
    • 1967 : Totò a Napoli (TV) de Daniele d'Anza
    • 1967 : Totò Ye Ye (TV) de Daniele d'Anza
    • 1967 : Il Tuttofare (TV) de Daniele d'Anza
    • 1968 : Caprice à l'italienne (Capriccio all'italiana), segment Le Monstre du dimanche (Il Mostro della domenica) de Steno, rôle d'Anziano père, et segment Que sont les nuages ? (Che cosa sono le nuvole ?) de Pier Paolo Pasolini, rôle de Iago

    0 0
  • 12/01/14--07:09: La Belle de Rome
  • La Belle de Rome (La Bella di Roma) est un film italien réalisé par Luigi Comencini, sorti en 1955. Nannina, une belle romaine, est fiancée à Mario et les deux jeunes gens n'ont pour toute richesse que leur bonheur d'amoureux. Mais Mario va se retrouver en prison après une querelle avec un agent de police et Nannina, seule, doit faire face aux avances d'Oreste, le patron du bar où elle travaille. Oreste n'est pas le seul à courtiser la belle; Gracco, un voisin tapissier, fait tout pour l'attirer dans ses bras. Mais Nannina, habile, parvient à profiter de cette situation et retrouvera Mario...

    La Belle de Rome de Luigi Comencini

    La Belle de Rome de Luigi Comencini

    Fiche technique

    • Titre : La Belle de Rome
    • Titre original : La Bella di Roma
    • Réalisation : Luigi Comencini
    • Scénario : Edoardo Anton (+ dialogues), Massimo Patrizi (+ assistant-réalisateur), Ettore Maria Margadonna et Luigi Comencini, d'après un sujet des deux derniers
    • Musique : Nino Rota
    • Direction musicale : Franco Ferrara
    • Directeur de la photographie : Arturo Gallea
    • Cadreur : Armando Nannuzzi
    • Décors : Luigi Ricci
    • Costumes : Marilù Carteny
    • Montage : Nino Baragli
    • Directeur de production : Nicolò Pomilia
    • Société de production : Lux Film
    • Lieux de tournage : ville de Rome et studios Cinecittà
    • Genre : Comédie
    • Noir et blanc - 99 min
    • Dates de sorties : Italie (pays d'origine) : 5 octobre 1955, France : 8 avril 1957

    Distribution

    • Silvana Pampanini : Nannina
    • Alberto Sordi : Gracco
    • Paolo Stoppa : Oreste
    • Antonio Cifariello : Mario
    • Luisella Beghi : Ines
    • Sergio Tofano : Agostino
    • Lina Volonghi : Tina
    • Carlo Picchiotti : Gigetto
    • Betty Foa : Sœur Celeste
    • Bice Valori : Sœur Serafina
    • Francesco Patrizi : Le commissaire
    • Gigi Reder : Luigi
    • Ciccio Barbi : Le curé
    • Giulio Calì : Le serveur
    • Ettore Jannetti : Le policier
    • Mario Meniconi : « C »
    • Luciano Forniti (non crédité) : Le boxeur français

    0 0
  • 12/01/14--07:14: Pampanini Silvana
  • Silvana Pampanini, née le 25 septembre 1925 à Rome, est une actrice italienne. Elle fut couronnée Miss Italie en 1946.

    Pampanini Silvana Pampanini Silvana Pampanini Silvana

    Filmographie

    • 1946 : L'apocalisse
    • 1947 : Il segreto di Don Giovanni : Anna Tancredi
    • 1948 : Le Choix des anges (Arrivederci, papà!)
    • 1948 : Il barone Carlo Mazza : Rosa Pezza
    • 1949 : Les pompiers chez les pin up (I pompieri di Viggiù) : Fiamma
    • 1949 : Antonio di Padova : Anita
    • 1949 : Biancaneve e i sette ladri
    • 1949 : La forza del destino
    • 1949 : Marechiaro : Silvana Di Gennaro
    • 1950 : L'Épervier du Nil (Lo sparviero del Nilo) : Leila
    • 1950 : La bisarca : Mirella
    • 1950 : Mon frère a peur des femmes (L'inafferrabile 12) : Clara
    • 1950 : 47 morto che parla : Madame Bonbon, la canzonettista
    • 1950 : È arrivato il cavaliere! : Carla Colombo
    • 1950 : Il richiamo nella tempesta
    • 1951 : Una Bruna indiavolata : Chiara
    • 1951 : O.K. Néron (O.K. Nerone) : Empress Poppea
    • 1951 : Le mousquetaire fantôme (La paura fa 90) : Luisa Bonneur
    • 1951 : Le retour de Pancho Villa (Io sono il capataz) : Rosa de Fuego
    • 1951 : Bellezze in bicicletta : Silvana
    • 1951 : Ha fatto tredici
    • 1951 : Tizio, Caio, Sempronio
    • 1952 : Mademoiselle la présidente (La presidentessa) : Gobette, la soubrette
    • 1952 : La Traite des blanches (La tratta delle bianche) : Lucia
    • 1952 : La femme qui inventa l'amour (La donna che inventò l'amore) : Antonella
    • 1952 : Le chevalier sans loi (Le avventure di Mandrin) : Rosetta
    • 1952 : Canzoni di mezzo secolo
    • 1952 : Miracolo a Viggiù : Pinuccia
    • 1953 : Les Coupables de Luigi Zampa  : Liliana Ferrari
    • 1953 : Un marito per Anna Zaccheo : Anna Zaccheo
    • 1953 : Pattes de velours (L'incantevole nemica) de Claudio Gora : Silvia Albertini
    • 1953 : Fille dangereuse (Bufere) de Guido Brignone : Daisy Parnell
    • 1953 : Kœnigsmark de Solange Térac : Aurore de Lautenberg
    • 1953 : Canzoni, canzoni, canzoni
    • 1953 : Nous les brutes (Noi cannibali) : Virginia
    • 1953 : Vortice : Elena Fanti
    • 1954 : La peccatrice dell'isola de Sergio Corbucci et Sergio Grieco
    • 1954 : Orient Express : Beatrice Landi
    • 1954 : Les gaietés de l'escadron (L'allegro squadrone) : Albertina, la camiera del maggiore
    • 1954 : Il matrimonio : Elena Ivanovna Popova, la vedova
    • 1954 : Amours d'une moitié de siècle (Amori di mezzo secolo) : Susanna
    • 1954 : La conquête héroïque (La principessa delle Canarie) : Almadena
    • 1954 : L'esclave du péché (Schiava del peccato) de Raffaello Matarazzo : Mara Gualtieri
    • 1954 : Les gaîtés de la correctionnelle (Un giorno in pretura) : Luisa
    • 1955 : Cette folle jeunesse (Racconti romani) : Maria
    • 1955 : La Belle de Rome (La bella di Roma) : Nannina
    • 1955 : La Tour de Nesle d'Abel Gance : Marguerite de Bourgogne
    • 1955 : Canzoni di tutta Italia
    • 1956 : La Loi des rues de Ralph Habib : Wanda
    • 1956 : Kyriakatikoi iroes : Silvana Pampanini
    • 1957 : Saranno uomini : Sara
    • 1958 : La strada lunga un anno : Giuseppina Pancrazi
    • 1958 : Giuseppe Verdi
    • 1959 : Sed de amor
    • 1961 : La terreur des mers (Il terrore dei mari) : Delores
    • 1961 : Wa Islamah : Queen Shagaret El Dor
    • 1961 : Mariti a congresso
    • 1964 : Napoleoncito
    • 1965 : Il gaucho : Luciana
    • 1966 : Mondo pazzo... gente matta! : Ruth
    • 1967 : Tres mil kilómetros de amor
    • 1971 : Mazzabubù... quante corna stanno quaggiù? : La "marchettara"

    Télévision

    • 1999 : Tre stelle : Paola's mother

    0 0
  • 12/01/14--08:37: Reder Gigi
  • Gigi Reder (né Luigi Schroeder) est un acteur italien né le 25 mars 1928 à Naples en Italie et mort à Rome le 8 octobre 1998.

    Reder Gigi

    D'origine allemande, il s'est inscrit, sans jamais terminer ses études, à l'Université de Naples qu'il quitte pour aller vivre à Rome où il commence à travailler pour des stations de radio en tant que présentateur et acteur de théâtre radiophonique. Puis il débute sur scène en tant qu'acteur dans des représentations théâtrales dialectales puis en travaillant avec des acteurs plus célèbres comme Peppino De Filippo, Turi Ferro, Mario Scaccia et Giorgio Albertazzi. Ensuite il participe à de nombreux films, souvent comiques, auxquels il doit sa célébrité. Notamment il est connu en Italie pour son rôle de "geometra Filini" dans la série de films de grand succès dont Fantozzi a été le premier. En dehors de Fantozzi, avec Paolo Villaggio il a formé un couple d'acier pendant de nombreuses années.

     

    Filmographie

    • 47 morto che parla (en) (1950)
    • Bellezze in bicicletta (en) (1950)
    • Una bruna indiavolata (en) (1951)
    • Stasera sciopero (en) (1951)
    • Carica eroica (it) (1952)
    • Canzone appassionata (1953)
    • Pain, Amour et Fantaisie (1953)
    • Station Terminus (1953)
    • L'oro di Napoli (1954)
    • Pain, Amour et Jalousie (Pane, amore e gelosia) (1954)
    • Les Amoureux (Gli innamorati) (1955)
    • La Belle de Rome (1955)
    • Anna de Brooklyn (Anna di Brooklyn) (1958)
    • La cento chilometri (1959)
    • Ferdinando I, re di Napoli (en) (1959)
    • Il Vedovo (1959)
    • Fra' Manisco cerca guai (it) (1961)
    • Mina... fuori la guardia, (1961)
    • Le castagne sono buone (it) (1970)
    • Cerca di capirmi (it) (1970)
    • La Califfa (1971)
    • Ma che musica maestro! (it) (1971)
    • Fantozzi (1975)
    • Il secondo tragico Fantozzi (1976)
    • Il... Belpaese (it) (1977)
    • Lo chiamavano Bulldozer (en) (1978)
    • Où es-tu allé en vacances ? (1978)
    • Rag. Arturo De Fanti, bancario precario (it) (1979)
    • Café express (1980)
    • Fantozzi contro tutti (1980)
    • Fracchia la belva umana (1981)
    • L'onorevole con l'amante sotto il letto (en) (1981)
    • Quando la coppia scoppia (en) (1981)
    • Vieni avanti cretino (1982)
    • Gian Burrasca (it) (1982)
    • Il tifoso, l'arbitro e il calciatore (it) (1982)
    • Fantozzi subisce ancora (1983)
    • Champagne in paradiso (it) (1983)
    • Sfrattato cerca casa equo canone (it) (1983)
    • Mi faccia causa (it) (1984)
    • Fracchia contro Dracula (1985)
    • Superfantozzi (1985)
    • Grandi magazzini (1986)
    • Fantozzi va in pensione (1988)
    • Fantozzi alla riscossa (1990)
    • Il grande cocomero (1993)
    • Fantozzi in paradiso (1993)
    • Fantozzi - Il ritorno (1996)

    0 0
  • 12/01/14--08:43: Sordi Alberto
  • Alberto Sordi (Rome, 15 juin 1920 - 24 février 2003), était un acteur, réalisateur et scénariste italien. Avec Marcello Mastroianni, Ugo Tognazzi, Nino Manfredi et Vittorio Gassman, il fut l'un des piliers de la « comédie à l'italienne » et l'archétype du Romain dans le cinéma italien.

    Sordi Alberto

    Quatrième fils du professeur de musique Pietro Sordi (qui meurt en 1941) et de Maria Righetti, il naît dans le quartier populaire du Trastevere à Rome. Déjà à l'école élémentaire, il commence à improviser pour ses compagnons de classe des interprétations avec un théâtre de marionnette. Il chante aussi comme soprano dans le chœur des voix blanches de la Chapelle Sixtine. Il abandonne les études et se rend à Milan pour une courte période, où il étudie la récitation à l'Académie des Filodrammatici ; il en est expulsé apparemment à cause de son parler mâtiné de dialecte romain (il en obtient, beaucoup plus tard, un diplôme honorifique).

    De retour dans la capitale, il trouve en 1937 un travail comme figurant à Cinecittà et gagne le concours organisé par la Metro-Goldwyn-Mayer pour doubler la voix de Oliver Hardy (tandis que Mauro Zambuto prêtait sa voix à Stan Laurel). Il travaille comme comédien de doublage jusqu'en 1951 donnant sa voix entre autres à Bruce Bennett dans Le Trésor de la Sierra Madre et dans Les Passagers de la nuit, à Anthony Quinn dans Buffalo Bill, à John Ireland dans La Rivière rouge et dans Un Gangster pas comme les autres, à Robert Mitchum dans La Vallée de la peur, à Pedro Armendariz dans Le Massacre de Fort Apache. Il prête aussi sa voix à des acteurs italiens comme Franco Fabrizi dans Chronique d'un amour de Michelangelo Antonioni et même Marcello Mastroianni dans Dimanche d'août de Luciano Emmer. Sa voix est aussi très reconnaissable dans le chef-d'œuvre de Vittorio De Sica Le Voleur de bicyclette.

    Après une tentative infructueuse en compagnie de Aldo Fabrizi entre 1936 et 1937 dans le théâtre léger, il débute dans le music-hall comme boy dans la compagnie de Guido Riccioli et Nanda Primavera (mariés dans la vie) avec le spectacle Ma in campagna è un’altra… cosa (1938). Suivent ensuite Teatro della caricatura (1942), Ritorna Za-Bum (1943) écrit par Marcello Marchesi et dirigé par Mario Mattoli, Un Mondo di armonie (1944), Imputati... Alziamoci (1945) de Michele Galdieri, Soffia so... (1946) de Garinei et Giovannini, E lui dice... (1947) de Oreste Biancoli et enfin Gran baraonda (1949) de Garinei et Giovannini, sa dernière apparition sur scène au côté de Wanda Osiris, qu'il a l'occasion de diriger en 1973 dans un passage important du film Polvere di stelle.

    C'est à la radio, juste après guerre, qu'il commence à avoir un grand succès personnel avec les émissions Rouge et noir (Rosso e nero, 1947), Oplà (1947) et Alberto Sordi vous parle (Vi parla Alberto Sordi, 1948) où il crée des personnages destinés à une grande popularité: Monsieur dit (Signor Dice), Le Comte clair (Conte claro) et Mario Pio. Il réutilise ces derniers par la suite en 1968 et 1969 dans l'émission radiophonique Grande Variété (Gran varietà). Alighiero Noschese aussi les reprend en 1970 pour l'émission satirique à succès Double Couple (Doppia coppia).

    Au cinéma, durant une dizaine d'années, il interprète des rôles minuscules ou insignifiants dans une vingtaine de films, mis à part le rôle dans Les Trois Aiglons (I Tre aquilotti, 1942) de Mario Mattoli, où il figure parmi les protagonistes. Il se fait remarquer en 1951 dans une œuvre mise en scène par Vittorio De Sica et Cesare Zavattini, Mamma mia che impressione!. Dans ce film, bien que transposant dans le cinéma le modèle de récitation très verbale utilisé à la radio, il crée un personnage très original (Il Compagnuccio della parrocchiettà ou littéralement L'Ami de la petite paroisse) qu'il reproposera ensuite dans d'autres œuvres mineures.

    De 1952 à 1955 Sordi explose sur le grand écran. D'abord avec deux films réalisés par Federico Fellini, Le Cheik blanc (Lo Sceicco bianco) et Les Inutiles (Les Vitelloni), puis avec ceux réalisés par Steno (Les Gaietés de la Correctionnelle, Un Giorno in pretura, Un Americano a Roma et Piccola posta) où il crée le type d'homme lâche, profiteur, indolent et tire-au-flanc qui l'accompagne tout au long des années 1950 jusqu'au film La Grande Guerre (La Grande Guerra, 1959) de Mario Monicelli dans lequel il incarne un soldat fainéant et planqué contraint de mourir en héros.

    Avec l'arrivée de la comédie à l'italienne, il a donné vie à une multitude de personnages représentant l'« Italien moyen », presque tous négatifs, pas très moraux, mais correspondant à une réalité évidente. Il les a dépeint avec une méchanceté entachée parfois d'une touche d'autosatisfaction, mais toujours pardonnée grâce à sa diction magistrale sans égal. À de nombreuses occasions, il a collaboré aussi au sujet et à la mise en scène des films dans lesquels il a joué (plus de 150) et des 19 films qu'il a dirigé lui-même. En un demi-siècle de carrière, de la période de la guerre jusqu'à nos jours, Sordi a réussi à fournir une fidèle image de l'histoire des valeurs et des coutumes de l'italien typique, observé à travers ses bassesses, mais à la fin racheté par son grand cœur et sa capacité à rêver les yeux grand ouverts.

    Parmi ces plus beaux films : Bravissimo (1955) de Luigi Filippo D'Amico, Venise, la lune et toi (Venezia, la luna e tu, 1958) de Dino Risi, Le Veuf (Il vedovo, 1959) de Dino Risi, Il moralista (1959) de Giorgio Bianchi, le touchant La Grande Guerre (La Grande Guerra, 1959) de Mario Monicelli, La Grande Pagaille (Tutti a casa 1960) de Luigi Comencini, Il vigile (1960) de Luigi Zampa, Une Vie difficile (Una vita difficile, 1961) de Dino Risi, Il Boom(1963) de Vittorio De Sica, Fumo di Londra (1966), qui le voit pour la première fois aussi derrière la caméra, Il Medico della mutua (1968) de Luigi Zampa, Detenuto in attesa di giudizio (1971) de Nanni Loy, Poussière d'étoiles (Polvere di stelle, 1973), dirigé par lui-même, Un Bourgeois tout petit petit (Un Borghese piccolo piccolo, 1977) de Mario Monicelli, Le Marquis s'amuse (Il Marchese del Grillo, 1981) de Mario Monicelli, Il Tassinaro (1983) et Nestore, l'ultima corsa (1993), tous les deux sous sa direction. Il faut aussi retenir la collaboration artistique avec le compositeur Piero Piccioni, qui a signé la musique de ses films les plus célèbres.

    Détenteur de cinq Rubans d'argent et de sept David di Donatello, il gagne en 1972 le prestigieux Ours d'Or au Festival de Berlin et obtient en 1995 le Lion d'or pour sa carrière au Festival de Venise. Vers la fin des années 1990, il se retire de la scène, après le peu de succès de son dernier film Incontri proibiti, au côté de Valeria Marini. Mais il fait des apparitions dans de nombreuses émissions de télévision, dans lesquelles il fait preuve de son grand sarcasme et de sa bonhomie. Le jour de son quatre-vingtième anniversaire, le maire de Rome, Francesco Rutelli, lui cède l' « écharpe » de maire de cette ville dont il a été le fils bien-aimé, et dont il a raillé gaillardement les vices et les fausses vertus.

    Les paroles du réalisateur Mario Monicelli prononcées à la mort de l'acteur mettent bien en lumière les traits d'un des plus grands artistes du cinéma italien : « Ce fut le plus grand acteur, mais il fut surtout un auteur extraordinaire, le créateur du personnage avec lequel il a traversé plus de 50 ans de l'histoire italienne. En tant que réalisateur, je dis qu'il était extrêmement facile de travailler avec Sordi, parce qu'il était justement le plus grand. Il suffisait de quelques échanges de regards et il comprenait le ton à donner à son interprétation et donc au film. Il a été un comique capable de contrevenir à toutes les règles du comique. »

    Filmographie 

    • 1948 : Sous le soleil de Rome (Sotto il sole di Roma), de Renato Castellani
    • 1951 : Mamma mia che impressione, de Roberto Savarese
    • 1952 : Le Cheik blanc (Lo sceicco bianco), de Federico Fellini
    • 1953 : Une fille formidable (Ci troviamo in galleria), de Mauro Bolognini
    • 1953 : Les Vitelloni (I vitelloni), de Federico Fellini
    • 1953 : Deux nuits avec Cléopâtre (Due notti con Cleopatra), de Mario Mattoli
    • 1954 : Un Americano a Roma, de Steno
    • 1954 : L'Art de se débrouiller (L'arte di arrangiarsi), de Luigi Zampa
    • 1955 : Piccola posta, de Steno
    • 1955 : La Belle de Rome (La bella di Roma) de Luigi Comencini
    • 1955 : Un héros de notre temps (Un eroe dei nostri tempi), de Mario Monicelli
    • 1956 : Les Week-ends de Néron (Mio figlio Nerone), de Steno : Néron
    • 1956 : Sous le ciel de Provence, de Mario Soldati
    • 1956 : Guardia, guardia scelta, brigadiere e maresciallo, de Mauro Bolognini
    • 1957 : Madame, le comte, la bonne et moi (Il Conte Max), de Giorgio Bianchi
    • 1957 : L'Adieu aux armes (A Farewell to Arms), de Charles Vidor
    • 1958 : Ladro lui, ladra lei (en), de Luigi Zampa
    • 1958 : Domenica è sempre domenica, de Camillo Mastrocinque
    • 1958 : Il marito, de Nanni Loy
    • 1958 : Venise, la lune et toi (Venezia, la luna e tu), de Dino Risi
    • 1958 : L'Enfer dans la ville (Nella città l'inferno), de Renato Castellani
    • 1959 : La Grande Guerre (La grande guerra), de Mario Monicelli
    • 1959 : Profession Magliari (I magliari), de Francesco Rosi
    • 1959 : Le Veuf (Il Vedovo), de Dino Risi
    • 1960 : Il Vigile, de Luigi Zampa
    • 1960 : La Grande Pagaille (Tutti a casa), de Luigi Comencini
    • 1961 : Le Meilleur Ennemi (The Best of Enemies), de Guy Hamilton
    • 1961 : Une vie difficile (Una vita difficile), de Dino Risi
    • 1962 : Mafioso ou L'Homme de la Mafia, d'Alberto Lattuada
    • 1962 : Le Commissaire (Il commissario), de Luigi Comencini
    • 1963 : Il boom, de Vittorio De Sica
    • 1963 : Il Maestro di Vigevano, d'Elio Petri
    • 1965 : Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines (Those Magnificent Men in their Flying Machines, or How I Flew from London to Paris in 25 Hours and 11 Minutes), de Ken Annakin
    • 1967 : Les Sorcières (Le streghe), film à sketches, épisode Sens civique (Senso civico) de Mauro Bolognini : le camionneur commotionné
    • 1968 : Il medico della mutua, de Luigi Zampa
    • 1969 : Les Conspirateurs (Nell'anno del Signore), de Luigi Magni
    • 1971 : Détenu en attente de jugement (Detenuto in attesa di giudizio), de Nanni Loy
    • 1972 : L'Argent de la vieille (Lo scopone scientifico), de Luigi Comencini
    • 1972 : La Plus Belle Soirée de ma vie (La più bella serata della mia vita), d'Ettore Scola
    • 1972 : Fellini Roma (Roma) de Federico Fellini
    • 1973 : Anastasia mio fratello ovvero il presunto capo dell' anonima assassini de Steno (+ scénario)
    • 1973 : Poussière d'étoiles (Polvere di stelle) (+ réalisation)
    • 1974 : Tant qu'il y a la guerre y'a de l'espoir (Finché c'è guerra c'è speranza) (+ réalisation)
    • 1975 : Di che segno sei ? de Sergio Corbucci
    • 1976 : Il comune senso del pudore (+ réalisation)
    • 1976 : La Fiancée de l'évêque (Quelle strane occasioni) de Luigi Magni, Luigi Comencini et Nanni Loy
    • 1977 : Un bourgeois tout petit petit (Un borghese piccolo piccolo), de Mario Monicelli
    • 1978 : Les Nouveaux Monstres (I nuovi mostri), de Mario Monicelli, Dino Risi, Ettore Scola
    • 1978 : Où es-tu allé en vacances ? (Dove vai in vacanza ?) de Mauro Bolognini, Luciano Salce et Alberto Sordi
    • 1978 : Le témoin, de Jean-Pierre Mocky
    • 1979 : Le Grand Embouteillage (L'ingorgo), de Luigi Comencini
    • 1989 : Il malato immaginario de Tonino Cervi
    • 1980 : Moi, et Catherine (Io e Caterina) (+ réalisation)
    • 1981 : Le Marquis s'amuse (Il marchese del Grillo), de Mario Monicelli
    • 1981 : Je sais que tu sais... (Io so che tu sai che io so) (+ réalisation)
    • 1982 : In viaggio con papà (+ réalisation)
    • 1983 : Il tassinaro (+ réalisation)
    • 1984 : Bertoldo, Bertoldino e... Cacasenno de Mario Monicelli
    • 1984 : Zoom su Fellini de Gianfranco Angelucci
    • 1984 : Tutti dentro (+ réalisation)
    • 1985 : Sono un fenomeno paranormale de Sergio Corbucci
    • 1986 : Troppo forte de Carlo Verdone
    • 1987 : Un tassinaro a New York (+ réalisation)
    • 1988 : Les Deux Fanfarons (Una botta di vita) d'Enrico Oldoini
    • 1990 : L'avaro de Tonino Cervi
    • 1990 : Au nom du peuple souverain (Il nome del popolo scorano), de Luigi Magni
    • 1991 : Vacanze di Natale '91, d'Enrico Oldoini
    • 1992 : Assolto per aver commesso il fatto (+ réalisation)
    • 1993 : Nestore l'ultima corsa (+ réalisation)
    • 1995 : Le Roman d'un jeune homme pauvre (Romanzo di un giovane povero), d'Ettore Scola
    • 1998 : Incontri proibiti (+ réalisation)

    Réalisateur

    • 1966 : Fumo di Londra
    • 1966 : Scusi, lei è favorevole o contrario ?
    • 1969 : Un italiano in America
    • 1969 : Amore mio aiutami
    • 1970 : Drôles de couples (Le coppie), film collectif, segment La camera
    • 1973 : Poussière d'étoiles (Polvere di stelle)
    • 1974 : Finchè c'e' guerra c'e' speranza
    • 1976 : Il comune senso del pudore
    • 1979 : Où es-tu allé en vacances ? (Dove vai in vacanza ?), film collectif, segment Le vacanze intelligenti
    • 1980 : Io e Caterina
    • 1982 : Io so che tu sai che io so
    • 1982 : In viaggio con papà
    • 1983 : Il tassinaro
    • 1984 : Tutti dentro
    • 1987 : Un tassinaro a New York
    • 1992 : Assolto per aver commesso il fatto
    • 1994 : Nestore - L'ultima corsa
    • 1998 : Incontri proibiti

    0 0
  • 12/01/14--08:58: Harry Allpress obituary
  • My father, Harry Allpress, who has died aged 95, was a veteran of both the Dunkirk evacuation and the Normandy landings. A member of the reconnaissance corps, he was awarded the Military Medal and twice mentioned in despatches.

    The second world war experiences of Harry Allpress led him to develop an international youth camp that still meets annually

    The second world war experiences of Harry Allpress led him to develop an international youth camp that still meets annually

    Harry was born in Lambeth, south London. His father, William, was an engine driver; his mother, Alice (nee Haynes), had been in domestic service. An exhibition based on the Allpress family, A Family in Wartime, has been created at the Imperial War Museum in London.

    Harry grew up in a warm family, with two brothers and seven sisters, and went to school in Stockwell, leaving at 14. As a young man, he was an athlete, and a keen cyclist and camper, pursuits that stood him in good stead in his army life.

    He was one of those men for whom the army was his further education. Conscripted during the second world war, he rose through the ranks to become a senior NCO, and at the end of the war was offered a commission in the regular army. He declined; he later told me he had had enough excitement to last a lifetime, and as a child I rarely heard him speak of his time in the services.

    Before the war Harry worked in the furniture trade as a French polisher with his older brother, William. In 1946, he and his new wife, Thelma (nee Donoyou), whom he met at a rambling group, moved to Surrey, where Harry ran a camp site. In 1950 he moved to Essex where, working for the local education authority, he ran a number of youth camp sites and worked on the development of various youth outdoor projects.

    Dad never held any animosity towards those he had fought, and in the 1950s he worked on developing an international youth camp to bring together youngsters from all over the world. The camp was held at Danbury County Park, Essex, later moving to East Mersea on the Essex coast. This international camp still takes place each summer, as it has for 60 years.

    Harry retired as senior camp warden for Essex Lea youth service in 1983 and became active in village life at Danbury, near Chelmsford. Thelma died in 2003.

    Only in his 80s did he talk about his experiences in the war, and then had many stories. Harry lived independently until his recent short illness and is survived by his children, Carolyn and me, two grandchildren and two great-grandchildren.


    0 0
  • 12/01/14--09:02: Cifariello Antonio
  • Antonio Cifariello, né à Naples le 19 mai 1930 et mort à Lusaka (Zambie) le 12 décembre 1968 (à 38 ans), est un acteur italien.

    Cifariello Antonio

    Antonio Cifariello est le deuxième fils du sculpteur Filippo Cifariello (1864-1936). Il est diplômé du Centro sperimentale di cinematografia de Rome et joue dans un premier long métrage en 1952 dans Eran trecento...  de Gian Paolo Callegari). Il joue dans de nombreux films, dans des rôles du beau jeune homme séducteur, typiques de la comédie italienne, pour des réalisateurs tels que Vittorio De Sica, Federico Fellini, Dino Risi, Luigi Comencini, Mario Camerini et Valerio Zurlini. Pour ce dernier, il joue son meilleur personnage, celui du protagoniste dans Les Jeunes Filles de San Frediano. Il participe à plusieurs séries télévisées, dont Il dottor Antonio (1954), d'après le roman de Giovanni Ruffini.

    Il se marie avec l'actrice Patrizia Della Rovere avec qui il a un fils, le musicien Fabio Cifariello Ciardi. Au début des années 1960, il décide de travailler à l'étranger pour renforcer son image et tourne en Espagne et aux États-Unis. Son avant-dernier film, Les Enfants du capitaine Grant, produit par Walt Disney est réalisé par Robert Stevenson. À la fin des années 1960, l'acteur, pour un documentaire pour la RAI, effectue de nombreux voyages à travers le monde. C'est au cours de l'un d'eux qu'il perd la vie en Zambie, victime d'un accident d'avion, à seulement 38 ans.

     

    Filmographie 

    • 1953 : L'Amour à la ville, segment Une agence matrimoniale de Federico Fellini
    • 1953 : Sous les mers d’Afrique de Giovanni Roccardi
    • 1954 : Le Carrousel fantastique de Ettore Giannini
    • 1955 : Ces demoiselles du téléphone de Gianni Franciolini
    • 1955 : La Belle de Rome de Luigi Comencini
    • 1955 : Les Jeunes Filles de San Frediano de Valerio Zurlini
    • 1955 : Pain, amour, ainsi soit-il de Dino Risi
    • 1958 : La mina de Giuseppe Bennati
    • 1958 : Les Jeunes Maris de Mauro Bolognini
    • 1960 : Breve amore a Palma di Majorca de Giorgio Bianchi 
    • 1962 : Une dame aux camélias (La Bella Lola) 
    • 1962 : Les Enfants du capitaine Grant de Robert Stevenson

    0 0
  • 12/01/14--09:12: Une femme pour une nuit
  • Une femme pour une nuit (titre original : Moglie per una notte) est un film italien réalisé par Mario Camerini, sorti en 1952. À la fin du XIXe siècle, pour aider la carrière du jeune musicien Enrico, Geraldine, une fille de mœurs faciles, accepte de se faire passer pour sa femme et de se faire courtiser par le comte d'Origo. Sa vraie femme Ottavia vient à le savoir et se substitue à l'autre.

    Une femme pour une nuit de Mario CameriniUne femme pour une nuit de Mario Camerini

    Une femme pour une nuit de Mario Camerini

    Fiche technique

    Titre : Une femme pour une nuit
    Titre original : Moglie per una notte
    Réalisation : Mario Camerini
    Scénario : Franco Brusati, Paolo Levi et Mario Camerini d'après la pièce L'Ora della Fantasia d'Anna Bonacci (it)
    Production : Angelo Rizzoli
    Musique : Alessandro Cicognini
    Photographie : Aldo Giordani (de)
    Pays d'origine : Italie
    Format : Noir et blanc - 1,37:1 - Mono
    Genre : Comédie
    Durée : 86 minutes
    Date de sortie : 1952

    Distribution

    • Gino Cervi : Conte D'Origo
    • Gina Lollobrigida : Ottavia
    • Nadia Gray : Geraldine
    • Armando Francioli (it) : Enrico Belli
    • Paolo Stoppa : Agusto

    0 0
  • 12/01/14--09:29: Gray Nadia
  • Nadia Gray est une actrice franco-roumaine d'une vieille famille juive, naturalisée française, née le 23 novembre 1923 à Bucarest (Roumanie) et morte le 13 juin 1994 à New York (États-Unis).

    Gray Nadia

    Elle devient princesse Cantacuzène par son mariage en 1946 avec Constantin Cantacuzène, pilote d'aviation civile puis as de la chasse pendant la guerre1. À la fin des années 1940, alors que les Communistes prennent le pouvoir en Roumanie, son mari lui fait quitter la Roumanie sous prétexte de tournage puis la rejoint en avion. Il meurt en 19582. Elle acquiert la nationalité française en 1964. Elle tourne avec Fellini dans La dolce vita. Elle s'installe définitivement en Amérique à la fin des années 1960 quand elle épouse Herbert Silverman, avocat new-yorkais, en secondes noces en 1967. En 1976, elle décide d'arrêter sa carrière cinématographique pour se consacrer à la chanson dans des cabarets. Nadia Gray meurt en 1994 à l'âge de 70 ans d'une crise cardiaque.

     

    Filmographie

    • 1949 : The Spider and the Fly, de Robert Hamer : Madeleine Saincaize
    • 1952 : Une femme pour une nuit de Mario Camerini
    • 1953 : La Vierge du Rhin de Gilles Grangier : Maria Meister, la fille du patron de la péniche
    • 1954 : Les femmes s'en balancent de Bernard Borderie : Henietta Aymes
    • 1954 : La Maison du souvenir (Casa Ricordi) de Carmine Gallone : Giulia Grisi
    • 1957 : Folies-Bergère / Un soir au music-hall de Henri Decoin : Suzy Morgan
    • 1957 : Sénéchal le magnifique de Jean Boyer : la Princesse
    • 1957 : Une Parisienne de Michel Boisrond : la reine Greta
    • 1959 : Été violent de Valerio Zurlini
    • 1960 : La dolce vita de Federico Fellini : Nadia
    • 1960 : Candide ou l'optimisme du XXe siècle de Norbert Carbonnaux : la Dame de compagnie de Cunégonde
    • 1961 : L'Eventail de Lady Windermere (téléfilm, 1961) de François Gir : Mrs. Erlynne
    • 1961 : Mourir d'amour de Dany Fog : Patricia
    • 1961 : Le jeu de la vérité de Robert Hossein : Solange Vérate
    • 1961 : Mr. Topaze (en) de Peter Sellers : Suzy
    • 1963 : Rocambole de Bernard Borderie : Bellini
    • 1966 : Illusions perdues, de Maurice Cazeneuve d'après Honoré de Balzac : Marquise d'Espard
    • 1966 : Tonnerre sur la frontière (Winnetou und sein freund Old Firehand) d'Alfred Vohrer : Michèle Mercier
    • 1967 : Le Plus Vieux Métier du monde de Claude Autant-Lara : Nadia
    • 1967 : Voyage à deux (Two for the road) de Stanley Donen : Françoise Dalbert
    • 1967 : Chantage au meurtre (The Naked Runner) de Sidney J. Furie : Karen Gisevius
    • 1967 : Le Prisonnier (épisode 2 : Chimes of Big Ben) : Nadia

    Théâtre

    • 1948 : Joyeux Chagrins d'après Noël Coward, adaptation André Roussin et Pierre Gay, mise en scène Louis Ducreux, théâtre Édouard VII
    • 1949 : Le Petit Café de Tristan Bernard, mise en scène Yves Mirande, théâtre Antoine

    0 0
  • 12/01/14--09:43: Le Guépard
  • Le Guépard (Il Gattopardo) est un film franco-italien réalisé par Luchino Visconti, adapté du roman éponyme de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, sorti en 1963. Il a reçu la Palme d'or au Festival de Cannes 1963. En mai 1860, après le débarquement de Garibaldi en Sicile, à Marsala, Don Fabrizio assiste avec détachement et mélancolie à la fin de l'aristocratie. Ces aristocrates comprennent que la fin de leur supériorité est désormais proche : en fait, ceux qui profitent de la nouvelle situation politique sont les administrateurs et grands propriétaires terriens de la nouvelle classe sociale qui monte.

    Don Fabrizio, appartenant à une famille d'ancienne noblesse, est rassuré par son neveu préféré Tancrède qui, bien que combattant dans les colonnes garibaldiennes, cherche à faire tourner les événements à son avantage. Tancrède explique à son oncle : « Si nous ne nous mêlons pas de cette affaire, ils vont nous fabriquer une république. Si nous voulons que tout reste pareil, il faut que tout change ».

    Lorsque, comme chaque année, le prince se rend, avec toute sa famille, dans sa résidence d'été de Donnafugata, il trouve comme nouveau maire du village Calogero Sedara, un bourgeois d'extraction modeste, fruste et peu instruit, qui s'est enrichi et a fait carrière en politique. Tancrède, qui avait au début montré un certain intérêt pour Concetta, la fille aînée du prince, tombe amoureux d'Angelica, la fille de don Calogero, qu'il épousera finalement, séduit par sa beauté mais aussi par son patrimoine considérable. 

    L'arrivée à Donnafugata d'un fonctionnaire piémontais, le cavaliere Chevalley di Monterzuolo, marque un tournant dans le récit. Il propose à Don Fabrizio d'être nommé sénateur du nouveau Royaume d'Italie. Pourtant, le prince refuse, se sentant trop lié au vieux monde sicilien. Reflet de la réalité sicilienne, Don Fabrizio est pessimiste : « Ensuite, ce sera différent, mais pire… » L'union entre la nouvelle bourgeoisie et l'aristocratie déclinante est un changement désormais incontestable. Don Fabrizio en aura la confirmation au cours d'un bal grandiose à la fin duquel il commencera à méditer sur la signification des événements nouveaux et à faire le douloureux bilan de sa vie.

    Le Guépard de Luchino ViscontiLe Guépard de Luchino Visconti

    Le Guépard de Luchino Visconti

    Fiche technique

    • Titre original : Il Gattopardo
    • Titre français : Le Guépard
    • Titre anglais  : The Leopard
    • Réalisateur : Luchino Visconti
    • Scénario et dialogues : Suso Cecchi D'Amico, Pasquale Festa Campanile, Enrico Medioli, Massimo Franciosa et Luchino Visconti, d'après le roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa ; dialogues de la version française René Barjavel
    • Décors : Mario Garbuglia
    • Costumes : Piero Tosi
    • Photographie : Giuseppe Rotunno
    • Montage : Mario Serandrei
    • Son : Mario Messina
    • Musique : Nino Rota, ainsi que des arrangements des opéras de Giuseppe Verdi
    • Direction musicale : Franco Ferrara
    • Chorégraphie : Alberto Testa (it)
    • Lieux de tournage : Ariccia (Latium) ; Ciminna (Sicile) ; Palerme ; Rome ; Mondello, une frazione de Palerme, (Sicile)
    • Production : Goffredo Lombardo ; Pietro Notarianni (exécutif)
    • Société de production : Titanus (Rome), Pathé Cinéma (Paris)
    • Société de distribution : Pathé Cinéma
    • Langue : italien
    • Genre : drame historique
    • Durée : 205 minutes
    • Format : Couleurs (Technicolor) - 35 mm / Super Technirama 70 - 2,20:1 (2,35:1 étendu) - Son mono (Westrex Recording System)
    • Dates de sortie : Italie : 28 mars 1963, Festival de Cannes : mai 1963, France : 14 juin 1963

    Distribution

    • Burt Lancaster (VO : Corrado Gaipa ; VF : Jean Martinelli) : le prince Fabrizio Corbera de Salina, un aristocrate sicilien vieillissant et lucide
    • Alain Delon (VO : Carlo Sabatini ; VF : lui-même) : Tancrède Falconeri, son neveu, un jeune homme charmant, plein d'allant et opportuniste, qui rejoint les Garibaldiens
    • Claudia Cardinale (VO : Solvejg D'Assunta ; VF : elle-même) : Angelica Sedara, la très jolie fille du maire, courtisée par Tancrède et amoureuse de lui
    • Paolo Stoppa (VF : Alfred Pasquali) : Don Calogero Sedara, son père, le maire de Donnafugata, un nouveau riche avide de pouvoir
    • Rina Morelli (VF : Jacqueline Ferrière) : la Princesse Maria Stella Salina, la prude épouse du prince
    • Romolo Valli (VF : Robert Marcy) : le Père Pirrone, chapelain du prince, un jésuite d'origine populaire, soucieux avant tout des intérêts du christianisme
    • Mario Girotti (futur « Terence Hill ») (VO : Pino Colizzi) : le Comte Cavriaghi, un lieutenant ami de Tancrède, qui courtise en vain Concetta
    • Pierre Clémenti (VO : Pino Colizzi ; VF : lui-même) : Francesco Paolo Salina, le fils du prince et de la princesse
    • Ottavia Piccolo : Caterina
    • Serge Reggiani (VO : Lando Buzzanca ; VF : lui-même) : Don Francisco Ciccio Tumeo, l'organiste de Donnafugata, un homme du peuple fidèle aux Bourbons qui lui ont payé ses études
    • Giuliano Gemma : général garibaldien
    • Lucilla Morlacchi : Concetta Salina, la fille du prince et de la princesse, amoureuse de Tancrède qui la rejette, et qui repousse à son tour Cavriaghi
    • Ivo Garrani : le colonel Pallavicini, le vainqueur de Garibaldi
    • Leslie French (en) : le cavaliere Chevalley, l'émissaire du gouvernement Piémontais, venu proposer une charge de sénateur au prince
    • Ida Galli : Carolina
    • Lola Braccini (it) : Donna Margherita
    • Carlo Valenzano : Paolo
    • Brook Fuller : le petit prince

    0 0
  • 12/01/14--09:58: Minciotti Esther
  • Esther Minciotti (née le 18 mars 1888 à Turin, en Italie et morte le 15 avril 1962 à New York, aux États-Unis), est une actrice italienne.

    Minciotti Esther Minciotti Esther

    Esther Minciotti et son mari — Silvio Minciotti (1882-1961), lui aussi acteur d'origine italienne — émigrent aux États-Unis et s'installent à New York. Là, elle joue à Broadway dans deux pièces, la première de novembre 1949 à janvier 1950, la seconde (aux côtés de son époux) en octobre 1956. Au cinéma, elle collabore à seulement huit films américains (voir la filmographie complète qui suit), entre 1949 et 1956. Son rôle le mieux connu est sans doute celui de Theresa Piletti, la mère d'Ernest Borgnine, dans Marty (1955) de Delbert Mann. L'année suivante (1956), elle est cette fois la mère d'Henry Fonda, dans Le Faux Coupable d'Alfred Hitchcock. 

    Notons que son mari Silvio Minciotti apparaît dans cinq de ces films (dont quatre petits rôles mineurs non crédités, y compris celui du patron de Marty). À la télévision, Esther Minciotti participe à cinq séries dans les années 1950. En particulier, elle crée le rôle de Theresa Piletti, avec Rod Steiger jouant Marty, dans un épisode (même titre ; réalisation également de Delbert Mann) de The Philco Television Playhouse (en) diffusé en 1953, sur un scénario original de Paddy Chayefsky, dont le film déjà évoqué de 1955 est l'adaptation au cinéma.

     

    Filmographie 

    • 1949 : Jenny, femme marquée (Shockproof) de Douglas Sirk
    • 1949 : Le Maître du gang (The Undercover Man) de Joseph H. Lewis
    • 1949 : La Maison des étrangers (House of Strangers) de Joseph L. Mankiewicz
    • 1951 : Proprement scandaleux (Strictly Dishonorable) de Melvin Frank et Norman Panama
    • 1955 : Marty de Delbert Mann
    • 1955 : Murder in Villa Capri d'Otto Simetti
    • 1956 : Le Faux Coupable (The Wrong Man) d'Alfred Hitchcock
    • 1956 : Pleine de vie (Full of Life) de Richard Quine

    Télévision

    • 1950 : Studio One, Saison 2, épisode 38 The Man who had Influence de Franklin J. Schaffner
    • 1951 : Armstrong Circle Theatre, Saison 1, épisode 65 Johnny Pickup de Ted Post
    • 1953 : The Philco Television Playhouse, Saison 5, épisode 23 Marty de Delbert Mann
    • 1957 : Playhouse 90, Saison 2, épisode 1 The Death of Manolete de John Frankenheimer
    • 1958 : Westinghouse Desilu Playhouse, Saison 1, épisode 4 My Father, the Fool de Jerry Thorpe

    Théâtre - Pièces jouées à Broadway

    • 1949-1950 : That Lady de Kate O'Brian, production de Katharine Cornell, avec Henry Daniell, Henry Stephenson, Torin Thatcher, Joseph Wiseman, Katharine Cornell
    • 1956 : Filumena Marturano (The Best House in Naples) d'Eduardo De Filippo, adaptation de F. Hugh Herbert, musique de scène de George Bassman, avec Katy Jurado, Silvio Minciotti

    0 0
  • 12/01/14--10:07: Méra Edith
  • Edith Mera, née Edith Claire Zeibert, est une actrice autrichienne/ italienne née à Meran (Tyrol du Sud, alors en Autriche-Hongrie) le 7 janvier 1905 et décédée d'une septicémie provoquée par un abcès de la lèvre mal soigné, à Paris 16e le 24 février 1935, au moment même du début du tournage de Divine de Max Ophüls, où elle devait interpréter le rôle de Dora (elle sera remplacée par Gina Manès).

     

    Méra Edith Méra Edith

    Filmographie

    • 1930 : Arthur de Léonce Perret
    • 1930 : L'homme qui assassina de Kurt Bernhardt et Jean Tarride
    • 1931 : Mam'zelle Nitouche de Marc Allégret : Corinne
    • 1931 : Miche de Jean de Marguenat
    • 1931 : Le Mille-pattes de Jean de Marguenat (court métrage)
    • 1931 : Mon amant l'assassin de Solange Térac
    • 1931 : Monsieur le maréchal de Carl Lamac
    • 1931 : Un soir de rafle de Carmine Gallone
    • 1932 : Champion de boxe de Robert Bossis (court métrage)
    • 1932 : Criez-le sur les toits de Karl Anton
    • 1932 : Mademoiselle Josette, ma femme d'André Berthomieu
    • 1932 : Simone est comme ça de Karl Anton
    • 1932 : Les Trois Mousquetaires d'Henri Diamant-Berger
    • 1932 : Une étoile disparaît de Robert Villers
    • 1933 : La Poule de René Guissart
    • 1933 : Château de rêve de Géza von Bolváry et Henri-Georges Clouzot
    • 1933 : La Fusée de Jacques Natanson
    • 1933 : Iris perdue et retrouvée de Louis Gasnier
    • 1933 : Je te confie ma femme de René Guissart
    • 1933 : Le Père prématuré de René Guissart
    • 1934 : Le Comte Obligado de Léon Mathot
    • 1934 : Fedora de Louis Gasnier
    • 1934 : La Flambée de Jean de Marguenat
    • 1934 : Poliche d'Abel Gance
    • 1934 : Prince de minuit de René Guissart

    0 0
  • 12/01/14--10:13: Morelli Rina
  • Rina Morelli (née le 6 décembre 1908 à Naples, en Italie, et morte à Rome le 17 juillet 1976) est une actrice italienne.

    Morelli Rina Morelli Rina

    Filmographie 

    • 1941 : La Couronne de fer (La Corona di ferro), d'Alessandro Blasetti
    • 1942 : Oui madame (Sissignora), de Ferdinando Maria Poggioli
    • 1942 : Fedora, de Camillo Mastrocinque
    • 1949 : Fabiola, d'Alessandro Blasetti
    • 1951 : Le Christ interdit (Il Cristo proibito), de Curzio Malaparte
    • 1954 : Senso, de Luchino Visconti
    • 1956 : L'intrusa, de Raffaello Matarazzo
    • 1960 : Le Bel Antonio (Il Bell'Antonio), de Mauro Bolognini
    • 1961 : Quelle joie de vivre (Che gioia vivere), de René Clément
    • 1962 : Le crime ne paie pas, de Gérard Oury (sketch Le Masque)
    • 1963 : Le Jour le plus court (Il giorno più corto), de Sergio Corbucci
    • 1963 : Le Guépard (Il Gattopardo), de Luchino Visconti
    • 1976 : L'Innocent (L'Innocente), de Luchino Visconti

    0 0
  • 12/01/14--10:21: Milo Sandra
  • Sandra Milo est une comédienne italienne née à Tunis le 11 mars 1935.

    Milo Sandra Milo Sandra Milo Sandra

    Sa sensualité et sa forte personnalité l'imposent à l'écran dans la deuxième moitié des années cinquante. Elle tourne avec Jacques Becker, Roberto Rossellini, Federico Fellini, Antonio Pietrangeli (qui l'a découverte), Dino Risi, Claude Sautet, et parvient à une notoriété internationale. Elle se retire pourtant du cinéma à partir de 1970. Dans les années 1980 elle animera des émissions de télévision en Italie. Entre 2005 et 2010, elle participe également à deux émissions de télé-réalité en Italie.

    Filmographie 

    • 1955 : Le Célibataire (Lo Scapolo) d'Antonio Pietrangeli
    • 1956 : Elena et les Hommes de Jean Renoir
    • 1956 : Les Week-ends de Neron (Mio flglio Nerone) de Steno
    • 1957 : Les Aventures d'Arsène Lupin de Jacques Becker
    • 1958 : Le Miroir à deux faces d'André Cayatte
    • 1959 : Le Chemin des écoliers de Michel Boisrond
    • 1959 : Un seul survivra (Vite perdute) de Adelchi Bianchi et Roberto Mauri
    • 1959 : La Jument verte de Claude Autant-Lara
    • 1959 : Le Général Della Rovere (Il Generale della Rovere) de Roberto Rossellini
    • 1959 : Un témoin dans la ville d'Édouard Molinaro
    • 1960 : Classe tous risques de Claude Sautet
    • 1960 : Adua et ses compagnes (Adua e le compagne) d'Antonio Pietrangeli
    • 1961 : Les Joyeux fantômes/Fantômes à Rome (Fantasmi a Roma) d'Antonio Pietrangeli
    • 1961 : Vanina Vanini de Roberto Rossellini
    • 1963 : Huit et demi de Federico Fellini
    • 1963 : Méfiez-vous, mesdames (Un monsieur bien sous tous rapports) de André Hunebelle
    • 1964 : Le Sexe des anges (Le Voci bianche) de Pasquale Festa Campanile et Massimo Franciosa
    • 1964 : Ah ! Les Belles familles (Le Belle famiglie) d'Ugo Gregoretti
    • 1964 : Annonces matrimoniales (La Visita) d'Antonio Pietrangeli
    • 1964 : Relaxe-toi, Chérie de Jean Boyer
    • 1964 : Un monsieur de compagnie de Philippe de Broca
    • 1965 : Juliette des esprits (Giulietta degli spiriti) de Federico Fellini
    • 1966 : Comment j'ai appris à aimer les femmes (Come imparai ad amare le donne) de Luciano Salce
    • 1968 : Pour un dollar je tire (T'ammazzo ! Raccomandati a Dio) de Osvaldo Civirani
    • 2003 : Un cœur ailleurs (Il Cuore altrove) de Pupi Avati

    0 0
  • 12/01/14--10:41: Matchabelli Norina
  • La Princesse Norina Matchabelli (née Norina Gilli le 3 mars 1880 à Florence; morte le 15 juin 1957 (à 77 ans) à Myrtle Beach) fut la cofondatrice de la ligne de parfum Prince Matchabelli, une éditrice, une mystique, une disciple de Meher Baba et une actrice de théâtre et de cinéma connue sous le nom de Maria Carmi.

     

    Matchabelli Norina Matchabelli Norina

    Norina Gilli commença sa carrière sur scène à l'école de théâtre de Max Reinhardt au Deutsches Theater. Un de ses rôles les plus importants fut celui de la Madonne dans la pièce écrite par Karl Vollmöller, avec qui elle se maria en 1904. En 1907, Norina Gilli épousa le Prince Georges V. Matchabelli, ambassadeur géorgien en Italie jusqu'à l'invasion soviétique de la Géorgie en 1921. Ils partirent pour les États-Unis en 1923 et fondèrent Prince Matchabelli (en), qui seront ensuite rachetés par Paul H. Ganz.

     

    Filmographie 

    • 1916 : Homunculus

    0 0
  • 12/01/14--11:14: Monti Silvia
  • Silvia Monti (née Silvia Cornacchia à Venise le 23 janvier 1946) est une actrice italienne.

    Monti Silvia Monti Silvia

    Dans les pays francophones, Silvia Monti est surtout connue pour avoir eu le premier rôle féminin du film de Gérard Oury, Le Cerveau, le personnage de Sofia, sœur d'un mafioso ; elle apparaît notamment dans une scène spectaculaire où elle descend d'un balcon avec une corde, sur une chanson de Caterina Caselli, Cento Giorni. Sa filmographie est contrastée allant de Pasolini et Gérard Oury aux séries B. Elle a joué dans quelques films d'horreur et d'action, notamment avec Terence Hill, puis semble avoir arrêté sa carrière en 1978. 

    Elle a été un personnage de la jet set à Marbella et à Saint-Moritz. Elle a eu deux enfants de son premier mariage avec le comte Donà delle Rose3, personnage de la jet-set italienne. En 1997, elle a épousé en seconde noce Carlo De Benedetti, patron d'Olivetti, mis en cause, parmi d'autres, dans l'affaire Banco Ambrosiano.

    Filmographie

    • 1969 : Fräulein Doktor de Alberto Lattuada : Margarita
    • 1969 : Le Cerveau de Gérard Oury : Sofia
    • 1969 : Disons un soir à dîner (Metti una sera a cena) de Giuseppe Patroni Griffi : L'actrice
    • 1969 : Sais-tu ce que Staline faisait aux femmes? (Sai cosa faceva Stalin alle donne?) de Maurizio Liverani : Mirta
    • 1970 : Les Sorcières du bord du lac (Le regine) de Tonino Cervi : Samantha
    • 1970 : Carnet de notes pour une Orestie africaine (Appunti per un'Orestiade africana) de Pier Paolo Pasolini
    • 1971 : Carole (Una lucertola con la pelle di donna) : Deborah
    • 1971 : Le Juge : Cat
    • 1971 : Le Corsaire noir (Il corsaro nero) de Lorenzo Gicca Palli : Isabel de Mendoza y Laguna
    • 1971 : Journée noire pour un bélier (Giornata nera per l'ariete) : Helene
    • 1972 : Racconti proibiti... di niente vestiti : Felicita
    • 1972 : Lady Caroline Lamb : Miss Millbanke
    • 1972 : Action héroïne (Afyon oppio) de Ferdinando Baldi : Claudia
    • 1973 : Metti... che ti rompo il muso : Shelley
    • 1973 : La Fureur d'un flic (La mano spietata della legge) : Linda De Carmine
    • 1973 : La grosse tête (Sono stato io!) de Alberto Lattuada : Jacqueline
    • 1973 : Qué cosas tiene el amor!
    • 1974 : Finché c'è guerra c'è speranza : Silvia
    • 1974 : Service compris (Il domestico)
    • 1974 : Milano: il clan dei Calabresi : Laura Monachesi

    0 0
  • 12/01/14--11:55: Navarro Nieves
  • Nieves Navarro, de son nom complet Nieves Navarro García, est un mannequin et une actrice espagnole née le 10 novembre 1938 à Almería (Andalousie). Sa carrière, faite exclusivement au cinéma, est en grande partie composée de films d'exploitation. À partir de 1969, on la retrouve le plus souvent créditée sous le pseudonyme de Susan Scott. Elle est l'épouse du réalisateur et producteur italien Luciano Ercoli (°1929).

    Navarro Nieves

    Nieves Navarro quitte son Andalousie natale pour s’installer avec sa famille à Barcelone, ville d'origine de sa mère. C'est dans la capitale catalane qu'elle entame une carrière de mannequin2. Elle participe à des défilés de mode et se fait remarquer dans des publicités diffusées sur la toute nouvelle télévision espagnole. C'est à l'âge de vingt-cinq ans que Nieves Navarro fait ses premières armes au cinéma aux côtés de Totò, monstre sacré de la comédie italienne, dans Totò d'Arabia (1964), coproduction hispano-italienne qui parodie Lawrence d'Arabie. Elle interprète Doris, un charmant agent des services secrets britanniques qui vient en aide au héros. En plus de lancer sa carrière le film marque aussi le début de sa collaboration avec le producteur italien Luciano Ercoli.

    Celui qui deviendra son mari l'engage dans ses productions suivantes donnant une impulsion décisive à sa carrière. Le temps est aux westerns spaghetti dont Almería accueille fréquemment les tournages. L'actrice tient des rôles importants dans des succès du genre comme Un pistolet pour Ringo et Le Retour de Ringo (1965) de Duccio Tessari avec Giuliano Gemma, Colorado (1966) de Sergio Solima avec Lee Van Cleef et Tomás Milián ou Les longs jours de la vengeance (1967) de Florestano Vancini. Tessari la dirige encore dans le film d'espionnage Très honorable correspondant (1966).

    Si l'actrice fait l'essentiel de sa carrière en Italie, elle travaille régulièrement dans des productions espagnoles. En 1968, elle tourne aux côtés de Jean Marais son premier film français, Le Paria. En 1969 elle partage l'affiche de la comédie musicale Amor a todo gas avec le chanteur espagnol Peret. Dans un tout autre registre, on la retrouve dans deux thrillers politiques et provocants de Fernando Di Leo (Amarsi male et La jeunesse du massacre). Ce dernier propose à l'actrice de prendre un pseudonyme à consonance anglo-saxonne2,3. Désormais, la brune Nieves Navarro cédera le plus souvent sa place au générique à la rousse Susan Scott.

    Au début des années 1970 Luciano Ercoli passe à la réalisation donnant à son épouse l'occasion de s'illustrer dans le giallo, genre nouveau venu dans le paysage cinématographique italien. Nieves Navarro tourne ainsi successivement dans Photo interdite d'une bourgeoise (1970), Nuits d'amour et d'épouvante (1971), La mort caresse à minuit (1972) et Troppo rischio per un uomo solo (1973). Son sex-appeal l' impose comme une des actrices majeure d'un genre dans lequel l'érotisme le dispute à l'horreur. D'autres cinéastes en font leur protagoniste. On la retrouve dirigée par Roberto Bianchi Montero dans La Peur au ventre (1972), Sergio Martino dans L'Alliance invisible (1972) et Maurizio Pradeaux dans Chassés-croisés sur une lame de rasoir (1973). Elle complète son exploration des sous-genres du bis avec le Poliziottesco Il giudice e la minorenne (1974) et la comédie policière La bidonata (1977), dernier film d'Ercoli qui abandonne ensuite le cinéma.

    Passée par le western spaghetti et par le giallo, Nieves Navarro semble vouée à suivre l' évolution d'un cinéma de genre de plus en plus tourné vers l'érotisme. La belle passe tout naturellement devant la caméra de spécialistes de la comédie érotique à l'italienne comme Mariano Laurenti (Un vice de famille, 1975 et L'infirmière de l'hosto du régiment, 1979) et Michele Massimo Tarantini (La moglie in bianco… l'amante al pepe, 1982). On la voit aussi dans Velluto nero (1976) aux côtés d'une Laura Gemser nouvellement consacrée dans son personnage d' « Emanuelle nera ».

    À près de quarante ans, l'actrice tourne ses scènes de sexe les plus osées pour Viol sous les tropiques (1977), film qui inaugure la période « érotico-horrifique » de Joe D'Amato. Elle partage avec Philippe Gasté et Richard Darbois l'affiche de Candide Lolita (1978) du réalisateur français Henri Sala puis retrouve D'Amato avec Les Plaisirs d'Hélène (1980) assumant quelques séquences particulièrement torrides avec l'actrice pornographique dominicaine Lucía Ramírez. L'accueil fait à El fascista, doña Pura y el follón de la escultura ne lui permet pas de relancer sa carrière dans son pays natal. Enfermée dans un cinéma bis à bout de souffle, Nieves Navarro met un terme à sa carrière en 1983. Elle fera un bref retour sur les écrans en 1989 tenant des rôles secondaires dans deux productions mineures. Après avoir longtemps vécu en Italie, Nieves Navarro et Luciano Ercoli se sont récemment installés à Barcelone.

    Filmographie

    • 1964 : Totò d'Arabia, de José Antonio de la Loma : Doris
    • 1965 : Un pistolet pour Ringo (Una pistola per Ringo), de Duccio Tessari : Dolorès4
    • 1965 : Le Retour de Ringo (Il ritorno di Ringo), de Duccio Tessari : Rosita
    • 1966 : Très honorable correspondant (Kiss Kiss… Bang Bang / Bacia e spara), de Duccio Tessari : Alina Shakespeare
    • 1966 : Che notte, ragazzi!, de Giorgio Capitani : Consuelo
    • 1966 : Colorado (La resa dei conti), de Sergio Solima : la veuve
    • 1967 : Les longs jours de la vengeance (I lunghi giorni della vendetta), de Florestano Vancini : Dolly
    • 1967 : El rojo, de Leopoldo Savona : Consuela
    • 1969 : Le Paria, de Claude Carliez : Sylvia, l'ex-maîtresse de Manu
    • 1969 : Amarsi male, de Fernando Di Leo : Anna Lanfranchi
    • 1969 : Amor a todo gas, de Ramón Torrado : Laura Montes / la fausse Elena
    • 1969 : La jeunesse du massacre (I ragazzi del massacro), de Fernando Di Leo : Livia Ussaro
    • 1970 : Adios Sabata (Indio Black, sai che ti dico: Sei un gran figlio di…), de Gianfranco Parolini : la danseuse au saloon de Kingsville
    • 1970 : Photo interdite d'une bourgeoise (Le foto proibite di una signora per bene) de Luciano Ercoli : Dominique
    • 1970 : Una nuvola di polvere… un grido di morte… arriva Sartana, de Giuliano Carnimeo : Belle Manassas
    • 1971 : 7 minutes pour mourir (Siete minutos para morir), de Ramón Fernández : Karin Foster
    • 1971 : Nuits d'amour et d'épouvante (La morte cammina con i tacchi) de Luciano Ercoli : Nicole Rochard
    • 1972 : L'Alliance invisible (Tutti i colori del buio), de Sergio Martino : Barbara Harrison
    • 1972 : Hai sbagliato… dovevi uccidermi subito!, de Mario Bianchi : Kate
    • 1972 : La Peur au ventre (Rivelazioni di un maniaco sessuale al capo della squadra mobile), de Roberto Bianchi Montero : Lilly
    • 1972 : La mort caresse à minuit (La morte accarezza a mezzanotte) de Luciano Ercoli : Valentina
    • 1973 : Chassés-croisés sur une lame de rasoir (Passi di danza su una lama di rasoio), de Maurizio Pradeaux : Kitty
    • 1973 : Troppo rischio per un uomo solo, de Luciano Ercoli : Nina
    • 1974 : Chi ha rubato il tesoro dello scia?, de Guido Leoni 
    • 1974 : Il giudice e la minorenne, de Franco Nucci : Laura
    • 1975 : Los hijos de Scaramouche, de George Martin 
    • 1975 : Un vice de famille (Il vizio di famiglia), de Mariano Laurenti : Ines, la comtesse
    • 1976 : Noi siam come le lucciole, de Giulio Berruti : Crystal
    • 1976 : Il medico… la studentessa, de Silvio Amadio : Luisa
    • 1976 : C'è una spia nel mio letto , de Luigi Petrini 
    • 1976 : Vicieuse et manuelle (Velluto nero), de Brunello Rondi : Crystal
    • 1976 : Mauricio, mon amour, de Juan Bosch 
    • 1977 : La bidonata, de Luciano Ercoli : Ornella
    • 1977 : Viol sous les tropiques (Emanuelle e gli ultimi cannibali), de Joe D'Amato : Maggie McKenzie
    • 1978 : Cugine mie de Marcello Avallone  :
    • 1978 : Candide Lolita (Emanuelle e Lolita), d' Henri Sala : Adrienne Larousse / Emanuelle 1979 : L'infirmière de l'hosto du régiment (L'infermiera nella corsia dei militari), de Mariano Laurenti : Veronica
    • 1980 : Les Plaisirs d'Hélène (Orgasmo nero), de Joe D'Amato : Helen
    • 1981 : Fleur de vice (Miele di donna), de Gianfranco Angelucci 
    • 1982 : La moglie in bianco… l'amante al pepe, de Michele Massimo Tarantini : Anna-Maria Mancuso
    • 1983 : El fascista, doña Pura y el follón de la escultura, de Joaquín Coll Espona : Pura
    • 1989 : Fiori di zucca, de Stefano Pomilia : la mère d' Enzo
    • 1989 : Casa di piacere (Dirty Love Two: The Love Games), de Franco Lo Cascio : la mère inquiète

    0 0
  • 12/01/14--13:07: Goering Hermann
  • Hermann Wilhelm Göring (ou Goering) (né le 12 janvier 1893 à Rosenheim ; se suicide le 15 octobre 1946 à Nuremberg) est un aviateur et un homme politique allemand de premier plan du parti nazi et du gouvernement du Troisième Reich. Commandant en chef de la Luftwaffe, il fut condamné à mort à l'issue du procès de Nuremberg en raison de son implication dans les crimes du régime nazi. 

    Le jeune Lieutenant Goering - Hermann Goering et Adolf HitlerLe jeune Lieutenant Goering - Hermann Goering et Adolf Hitler

    Le jeune Lieutenant Goering - Hermann Goering et Adolf Hitler

    Hermann Göring, fils d'Heinrich Ernst Göring et de Franziska Tiefenbrunn est né à Rosenheim en Bavière le 12 janvier 1893. Après avoir participé en tant qu'officier de l'armée prussienne aux campagnes de 1866 contre l'Autriche et de 1870 contre la France, son père exerce des fonctions de juge dans différentes petites villes de province. Finalement remarqué par Otto von Bismarck il est nommé premier commissaire du Reich en Afrique du Sud-Ouest, charge qu'il exerce à dater de 1888. Avant de partir pour le continent africain, le père de Göring épouse en secondes noces Fransziska Tiefenbrunn, une fille de paysans, de vingt ans sa cadette. En Afrique, elle donne naissance à deux filles, Olga Thérèse Sophie et Paula Elisabeth Rosa et à un fils, Karl Ernst. Göring père ayant ensuite été muté à Haïti, son épouse revient en Allemagne pour y donner naissance à Hermann. Elle retourne ensuite rejoindre son époux et laisse son fils durant trois ans à la garde d'une amie.

    Hermann Göring aura encore un autre frère, Albert (celui-ci aidera des personnes persécutées par le régime nazi). Vers 1899, le père de Göring qui a été mis à la retraite, accepte la proposition du parrain d'Hermann, Hermann von Epenstein, un médecin anobli d'origine juive, de s'installer dans un des deux châteaux qu'il vient d'acquérir. C'est chez Epenstein, dans le (de)château Veldenstein, à 30 km au nord-est de Nuremberg, que Göring passe la plus grande partie de son enfance. Il s'y initie à l'escalade et devient un excellent alpiniste. Les biographes nazis de Göring passeront sous silence le fait que son parrain, qui exerça apparemment une grande influence sur le jeune Hermann, était d'origine juive. Tout comme ils n'évoqueront jamais le fait que sa mère a entretenu une liaison avec von Epenstein, au point que son frère cadet ressemble étrangement à ce dernier.

    La scolarité de Hermann se déroule mal. Il ne supporte pas la discipline et se montre paresseux. Un changement d'école, de Fürth à Ansbach ne résout pas le problème. Sur la suggestion de son parrain, il est envoyé en 1908 à l'École des Cadets de Karlsruhe. Ceci génère une transformation radicale du jeune Göring qui se plie à la discipline militaire et sort de l'école avec d'excellentes notes qui lui permettent d'accéder sans difficulté à l'académie militaire de Gross-Lichterfelde, près de Berlin, où sont formés les futurs officiers de l'armée impériale. Il en sort en mars 1911 avec le grade de sous-lieutenant. Le chevalier von Epstein ayant contracté mariage avec une femme de quarante ans sa cadette, il se sépare de sa maîtresse et invite la famille de Göring à quitter le château de Burg Veldstein. Le père de Göring, gravement malade et devenu alcoolique décèdera peu après.

    C'est sur ces entrefaites que Hermann Göring est affecté au 12e régiment d'infanterie de Bade "Prinz Wilhelm" à Mulhouse qu'il rejoint en janvier 1914. Entre son affectation et le début de la Première Guerre mondiale Göring mène la vie normale d'un jeune officier d'infanterie en garnison. Au déclenchement de la guerre, conformément aux plans établis par l'état-major de von Moltke, son unité fait retraite à l'est du Rhin. Göring est toutefois chargé de plusieurs missions de reconnaissance au-delà du Rhin qu'il met à profit pour en découdre avec des unités françaises, ce qui lui vaut la Croix de Fer de 2e classe.

    A l'automne 1914, l'unité de Göring est envoyée dans les Vosges. Lorsque le front se fige, elle prend position dans le secteur de Baccarat. L'humidité et le froid qui règnent dans les tranchées ont un effet désastreux sur Göring: il est terrassé par une crise de rhumatisme qui affecte les articulations des jambes et évacué vers l'hôpital de Metz. C'est là que son ami Bruno Loerzer, qu'il avait connu au 112e régiment d'infanterie et qui a passé son école de pilote, lui suggère de rejoindre l'arme aérienne, en lui expliquant que cela lui permettra de s'extraire de la boue des tranchées. Il introduit une demande de transfert pour l'aviation et suit une formation d'observateur aérien. Fin 1914, il est affecté en cette qualité à la base aérienne de Stenay près de Verdun. À l'époque, l'armée allemande a beaucoup de mal à obtenir des photographies exploitables de la zone d'opération. Au prix de manœuvres audacieuses, le tandem Göring-Loetzer va ramener d'excellentes prises de vue de la zone de Verdun. Les deux hommes sont régulièrement appelés à l'état-major pour commenter les clichés qu'ils ramènent.

    Le 25 mars 1915, suite à une mission particulièrement réussie, le Kronprinz en personne leur décerne la Croix de fer de première classe (Eiserne Kreuz Erster Klasse). Mais ceci ne suffit plus au belliqueux Göring (qui allait jusqu'à emporter un fusil et des grenades lors de ses missions de reconnaissance) et il demande à se faire affecter à la chasse. Le 30 juin 1915, il est affecté à l'école d'aviation de Fribourg. En octobre 1915, il rejoint la 5e Jagstaffel (escadrille de chasse) et y remporte sa première victoire le 16 novembre 1915 en abattant un Farman au-dessus de Tahure. Il va poursuivre la guerre dans différentes unités. Revenu au 5e Jagdstaffel, il sera contraint, après un engagement contre six avions anglais au cours duquel il est blessé, à un atterrissage forcé. Il passera les quatre mois qui suivent dans différents hôpitaux militaires et en convalescence. Il rejoint au printemps 1917 le front et la Jadgstaffel 26 commandée par son ami Loetzer. Lorsque l'escadrille est transférée sur le front des Flandres, Göring se voit confier le commandement de la 27e Jagdstaffel qui opère dans le même secteur.

    Au cours de ces années d'opérations, Göring fait preuve d'un comportement chevaleresque, s'abstenant notamment d'achever ses adversaires lorsqu'ils sont à court de munitions. Il accumule aussi les victoires en combat aérien et le 2 juin 1918 le Kaiser lui décerne à Berlin la médaille Pour le mérite. Le 8 juillet 1918, alors qu'on attendait à ce poste Ernst Udet ou Carl Loewenhardt, il succède au capitaine Reinhard - qui vient de se tuer au cours de l'essai d'un nouveau modèle d'avion - au commandement de l'escadron de chasse de Richthofen (Jagdgeschwader 1), dont il devient le dernier chef. Sur la durée la guerre, Göring enregistrera 22 victoires confirmées. Mais le sort de la guerre est en train de tourner en défaveur de l'Allemagne. Dans les airs, Göring et ses camarades de combat sont confrontés à de nouveaux modèles d'avions alliés plus efficaces et plus solides et sur terre la situation se dégrade inexorablement forçant les escadrilles allemandes à trouver des aérodromes de repli.

    Fin octobre, l'Allemagne s'effondre et ouvre des négociations avec les alliés au début de novembre. Le jour de l'armistice, Göring reçoit l'ordre d'acheminer les avions de l'escadrille à Strasbourg pour les livrer aux forces françaises. Avec l'assentiment de ses principaux pilotes, il désobéit et ramène les avions à Darmstadt. Le jour de la démobilisation officielle de l'escadrille à Aschaffenburg, près de Francfort, il se livre à une violente diatribe contre les soviets qui tentent de prendre le contrôle de l'Allemagne. En décembre 1918, de passage à Berlin, il assiste au Philharmonique de Berlin à une grande réunion d'officiers où le ministre de la défense du nouveau gouvernement socialiste les incite à soutenir les autorités et à renoncer aux décorations, insignes de grades et épaulettes. C'en est trop pour Göring, qui monte sur scène et se lance dans un violent discours où il déclare notamment

    «  Ceux qui sont à blâmer, ce sont ceux qui ont excité le peuple, qui ont poignardé notre glorieuse armée dans le dos, sans autre but que de parvenir au pouvoir et de s'engraisser aux dépens du peuple. Je demande à tous de nourrir une haine, une haine profonde et durable, pour ces porcs qui ont outragé le peuple allemand et nos traditions. Un jour viendra où nous les chasserons d'Allemagne. Préparez-vous pour ce jour; travaillez pour ce jour!. »

    Outre qu'il accrédite la légende du "coup de poignard dans le dos", ce discours coupe définitivement à Göring toute possibilité d'être admis dans les cadres de la future Reichswehr. De retour chez sa mère à Munich, il devra se cacher pour échapper aux soviets de soldats et d'ouvriers qui recherchent les anciens officiers de l'armée impériale. Il y arrivera en se réfugiant chez le capitaine anglais Beaumont, avec qui il a sympathisé après avoir abattu son avion et l'avoir fait prisonnier au cours de la guerre, et qui est désormais chargé de superviser le démantèlement de l'aviation allemande pour le compte des alliés.

    En 1919, il décide donc de se rendre au Danemark, puis en Suède pour pouvoir continuer à piloter. C'est là qu'il rencontre sa première femme, Carin, baronne von Kantzow, née Fock, liée aux milieux de l'aristocratie et de la finance, et qu'il épousera en février 1923 à Munich. Hermann Göring milita dans plusieurs organisations de droite, ainsi que dans des associations philosophiques et politiques comme l'Ordre de Thulé. En automne 1921, Göring retourne en Allemagne et fréquente des cours d'histoire et de sciences politiques à l’université de Munich ; pendant ces cours qu'il n'a pas terminé, il fut attiré vers le NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei) par Alfred Rosenberg qui l'emmena assister à un discours d'Adolf Hitler au café Neumann. Il rencontrera personnellement Hitler en tête à tête avant d'adhérer au parti. Göring refusa d'avoir un poste de direction ou de commandement à ses débuts au sein du parti puisque l'on pourrait penser qu'il était venu rencontrer Hitler à cette intention, c'est pourquoi, pendant un ou deux mois, il demeura dans l'ombre. Hitler lui confie en décembre 1922 le commandement des sections d'assaut ou SA (Sturmabteilung), les « chemises brunes », dont le chef d'état-major était le capitaine Ernst Röhm.

    Bruno Loerzer, Hermann Göring, et Adolf Galland visitant une base aérienne en Belgique, Sep-Oct 1940 - Hermann Goering lors d'un interrogatoire au procès de NurembergBruno Loerzer, Hermann Göring, et Adolf Galland visitant une base aérienne en Belgique, Sep-Oct 1940 - Hermann Goering lors d'un interrogatoire au procès de Nuremberg

    Bruno Loerzer, Hermann Göring, et Adolf Galland visitant une base aérienne en Belgique, Sep-Oct 1940 - Hermann Goering lors d'un interrogatoire au procès de Nuremberg

    Sa rencontre avec le Führer va complètement transformer Göring. Le 9 novembre 1923, lors du putsch de la Brasserie manqué de Munich, il est atteint à l'aine par deux balles lors de la fusillade entre nazis et forces de l'ordre. Il est emmené dans la cour du numéro 25 de la Residenzstrasse où il est recueilli par Robert Ballin, propriétaire juif (Göring l'épargnera par la suite lors des déportations). Il a alors recours à la morphine et devient dépendant de cette substance. Un mandat d’arrestation est lancé contre lui et il se réfugie en Autriche. Il demeure plusieurs semaines dans une clinique d’Innsbruck, gagne ensuite l'Italie où il rencontre Mussolini, puis la Suède où il restera quatre ans. L'ancien as se laisse aller - il devient obèse et aigri, les douleurs de sa blessure ne lui laissaient aucun répit, sauf quand la morphine la lui faisait oublier.

    Le besoin insatiable de drogue prend fermement racine en lui; la folie le guette et il sera même interné en septembre 1925. En automne 1927, l'amnistie prononcée par Hindenburg lui permet de retourner en Allemagne où il fut accueilli par Adolf Hitler avec peu d'enthousiasme puisque ce dernier avait été mis au fait de son état de santé mentale. En effet, la direction des SA demeura à la charge de Franz Pfeffer von Salomon et Göring dut se rendre à Berlin afin de trouver du travail. Néanmoins, par son contact personnel avec l’industrie, il collecte des fonds pour subventionner le Parti nazi. Il devînt représentant pour trois firmes allemandes : BMW, Heinkel et Tornblad. Lors des élections législatives de mai 1928, il fut élu en tant que député en Bavière et devînt ainsi l'un des douze premiers députés nazis au Reichstag.

    Il est réélu en septembre 1930 alors que le parti nazi obtenait 107 sièges au Reichstag. Göring espèrait alors reprendre le commandement des SA, mais Hitler confie ce poste à Ernst Röhm qu'il vient tout juste de rappeler à cet effet. Le 17 octobre 1931, son épouse, Karin, décède. En 1934, il épouse en secondes noces Emmy Sonnemann, une actrice allemande. Hitler est le témoin officiel du marié. Lors des élections législatives du 31 juillet 1932, le parti nazi obtient une victoire parlementaire en gagnant 230 sièges sur les 608 du Reichstag. Néanmoins, Hindenburg refuse de nommer Hitler en tant chancelier maintenant son ami Franz von Papen à cette position. Le 30 août 1932, Göring devient président du Reichstag après une coalition entre le centre, le parti nazi et le parti du peuple bavarois. La nuit du 27 au 28 février 1933, le Reichstag est incendié par un militant communiste hollandais, Marinus Van der Lubbe ; selon certaines sources, les pistes remonteraient à Göring comme organisateur du complot, bien qu'aucune preuve formelle ne puisse être avancée, suite à la vague d'assassinats qui suivit cet événement.

    Si Göring, à en croire Hermann Rauschning (auteur tenu en suspicion par plusieurs historiens), s'est parfois vanté en privé d'être le responsable de l'incendie, des historiens comme Ian Kershaw pensent qu'il s'agit là de ses fanfaronnades habituelles, et que les nazis ont exploité l'incendie du Reichstag par un déséquilibré communiste sans l'avoir organisé eux-mêmes. Ministre de l'Intérieur pour la Prusse dans le premier gouvernement Hitler le 30 janvier 1933 (l'un des deux seuls ministres nazis alors avec Wilhelm Frick), Göring ouvre les vannes de la violence en déchaînant les SA contre les opposants, avant comme après l'énigmatique incendie du Reichstag. Il aide à l'ouverture des premiers camps de concentration et crée la Gestapo, police politique en Prusse, ancêtre de la Gestapo dont il cède la responsabilité à Himmler en 1934. En 1933, Göring devient aussi ministre de l'Air (Reichsluftfahrtminister).

    En juin 1934, il dirige avec les SS la rafle et le massacre des SA lors de la nuit des Longs Couteaux. Il est nommé en 1935 commandant en chef de la Luftwaffe au sein du ministère de l'air (Reichsluftfahrtministerium). Il soutient en Espagne le général Franco par l’envoi de la Légion Condor célèbre de par le bombardement sur Guernica (1937), le premier de l'Histoire. Dès 1936, il prépare économiquement l'Allemagne à la guerre en qualité de responsable du Plan de Quatre Ans (Vierjahresplan) et devient le responsable de l'autarcie et du dirigisme économique. En 1937, il fonde les Reichswerke Hermann-Göring ; ce cartel comprendra par exemple 228 sites sidérurgiques et sera en 1944 la plus grande firme sidérurgique en Europe, et la plus vaste entreprise publique du monde. Dès 1938-1939,

    Göring organise pour ce faire la mainmise sur les industries stratégiques des pays annexés (Autriche, Tchécoslovaquie), prélude à la mise en coupe réglée des pays conquis. Actif dans les « questions juives », Göring joue un rôle très important dans les persécutions antisémites et en particulier dans l'aryanisation (spoliation) des biens juifs, accélérée en 1938-1939. Après la nuit de Cristal organisée par Goebbels (9 novembre 1938), il s'efforce de ne pas être en reste et inflige cyniquement une amende exorbitante de un milliard de marks aux Juifs pour les « désordres » et les dégâts matériels du pogrom. Il encourage leur émigration forcée. C'est sur son initiative que sont créés les premiers camps de concentration. Il missionne Heydrich par un ordre du 31 juillet 1941 de prendre toutes les mesures nécessaires à la mise en place de la Solution Finale et de travailler à un projet. Il est nommé au grade de Feldmarschall suite à l'affaire Blomberg-Fritsch.

    En 1938, il négocie ensemble avec l’Angleterre, la France, la Hongrie, l’Italie et la Pologne l’Anschluss avec l’Autriche. Malgré ses fanfaronnades, Göring redoutait une guerre et était conscient que le Reich ne pouvait pas gagner contre une coalition européenne. Ainsi, au moment de la crise de Munich, il transporta le colonel Stehlin dans son avion personnel pour lui montrer la concentration de la Wehrmacht vers la Bohème, ce qui permettait à l'armée française de dissuader l'Allemagne ; en août 1939, il utilisa l'industriel suédois Dahlerus pour tenter une ultime négociation. En 1940, Göring devient Reichsmarschall des Grossdeutschen Reiches, titre qu'il est le seul à posséder. Il est le seul durant la Seconde Guerre mondiale à recevoir la Grand Croix de l'ordre de la croix de fer (Grosskreuz), l'une des plus hautes distinctions allemandes, que ne s'étaient vu décerner que des chefs du prestige de Blücher ou d'Hindenburg. Il est toujours chef suprême de l'aviation et de l'économie de guerre.

    À l'entrée en guerre, il est le successeur désigné d’Hitler. On le surnomme « l'Homme de fer » et il jouit d'une très grande popularité dans la population allemande. Paradoxalement, Hermann Göring était opposé à la guerre, qu'il jugeait trop risquée tant que l'Angleterre restait en lice. Or, lorsque Hitler commet la folie de sacrifier les chasseurs aux bombardiers, l'ancien pilote de chasse ne fait aucune objection : en fait, il n'osait s'opposer de front à son chef. Il multiplie les vantardises et les échecs. Fin mai 1940, il obtient qu'Hitler stoppe ses blindés aux portes de la poche de Dunkerque, promettant que son aviation suffira à liquider les forces franco-britanniques massivement encerclées : en réalité, la RAF britannique perd deux fois moins d'appareils que la Luftwaffe, qui se montre impuissante à empêcher le rembarquement spectaculaire de 400 000 soldats britanniques et français.

    En 1941, après son échec dans la bataille d'Angleterre qui oppose frontalement la Luftwaffe à la chasse anglaise, le Maréchal du Grand Reich reste quelque temps dans l'ombre. Un jour, il déclare dans une interview qu'aucun bombardier ennemi ne peut même espérer franchir la frontière du Reich : « Si une seule bombe ennemie tombe sur le sol allemand, je veux bien m'appeler Meier » (équivalent allemand de manger son chapeau). Quelques mois plus tard, des bombes américaines et britanniques vont pleuvoir sur le Grand Reich. Même les Berlinois, qui ne l'appelleront plus que « Hermann Meier » par ironie, n'ont cependant pas retiré leur sympathie à ce personnage haut en couleurs et fanfaron dont ils ignorent ou négligent les actes criminels, au point que Hitler, conscient de la popularité de Göring au sein de la population allemande, se gardera de jamais le disgracier publiquement malgré son irritation croissante envers ses échecs répétés. Le 31 juillet 1941, Göring charge Reinhard Heydrich, chef de la sécurité du Reich, de prendre toutes les mesures nécessaires à une « solution globale de la question juive », c'est le passage à la déportation et à l'élimination massive des Juifs dans les pays européens occupés : étoile jaune, camps d'extermination.

    En janvier 1943, il se vante encore en assurant à Hitler que sa Luftwaffe peut continuer à approvisionner par la voie des airs l'armée assiégée dans Stalingrad ; son erreur de jugement aura des conséquences désastreuses pour l'Allemagne. Göring traite de lâcheté et d'incapacité les généraux et « les héros de la bataille d'Angleterre » ; plusieurs officiers vont alors se révolter contre celui qu'ils surnomment le « bouffi » et demander sa disgrâce. Cependant, même à ce moment où tout ce qui l'entourait commence à craquer, le Reichsjägermeister (grand "veneur" de l'Empire) continue à vivre dans son univers personnel, se consacrant à la chasse ; comme « grand amateur de l’art de la Renaissance », spécialement fasciné des peintures de Lucas Cranach. Avec l'aide d'intermédiaires comme Bruno Lohse, il pille les trésors artistiques des territoires occupés de l'Europe occidentale. Il est aussi, au moins jusqu'en 1942-1943, un des organisateurs essentiels du pillage économique des pays occupés, et du transfert forcé de travailleurs civils dans le Reich ; le gauleiter Fritz Sauckel, « négrier de l'Europe », lui est nommément subordonné à partir de 1942. Dans les derniers jours de la guerre, le 25 avril 1945, Göring sera définitivement désavoué, et même condamné à mort (ainsi que sa femme et sa fille dont Hitler était le parrain) par son Führer après avoir tenté de prendre le pouvoir alors que celui-ci s'était enfermé dans le Führerbunker dans Berlin assiégé. Hitler lui fait néanmoins grâce au vu de ses services passés, et se contente de le faire assigner à résidence par les SS.

    Dans son testament, le 30 avril, le Führer exclut Göring du Parti nazi, ainsi que Himmler, avant de se suicider. Quelques jours plus tard, en Bavière, Göring se rend aux Américains. Le 21 mai 1945, il est interné dans le camp américain à Mondorf-les-Bains : cet homme lourd de 140 kilos est alors presque impotent et a perdu une partie de ses facultés intellectuelles d'après les témoignages du médecin de la prison. En effet, lorsqu'il fut blessé lors du putsch manqué, il absorba des doses massives de morphine, puissant opiacé, bien connu pour ses vertus antalgiques et anesthésiantes. Cependant, il s'avéra qu'il devint dépendant à cette substance, dépendance qu'il gardera jusqu'à son arrivée à la prison où il sera sevré. Par ce sevrage, il perdit une grande partie de sa surcharge pondérale et retrouva toutes ses facultés. Il affirma son ascendant sur ses codétenus et se présenta à la barre comme le plus haut responsable nazi après Hitler, assumant les actes du IIIe Reich. Pendant le procès de Nuremberg, comme Göring maîtrise la langue anglaise, il fait rectifier les mauvaises traductions pendant l'interrogatoire et déstabilise le procureur américain Jackson, notamment en se lançant dans des discours fleuves en réponse aux questions posées par ce dernier. Plus patient et plus concret, le procureur britannique, Sir David Maxwell Fyfe, a plus de succès dans son contre-interrogatoire (21 mars) : ce dernier fit allusion à l'exécution sommaire de 50 prisonniers de la Royal Air Force, attaquant directement son honneur de soldat qui lui tenait très à cœur. Göring est condamné à mort pour plan concerté ou complot, crimes contre la paix, crimes de guerres et crimes contre l'humanité.

    Le 15 octobre 1946, pour échapper à l'humiliation de la pendaison (après avoir demandé à être fusillé, ce qui lui fut refusé), Hermann Göring s'empoisonne dans sa cellule à l’aide d’une capsule de cyanure, probablement fournie par un jeune garde américain, abusé par des individus. En effet, en février 2005, un des gardes de Göring âgé de 19 ans à l'époque, Herbert Lee Stivers, a avoué lui avoir transmis un stylo contenant un prétendu médicament. Celui-ci lui aurait été remis par deux Allemands qui prétendaient que le condamné était malade. Jeune, crédule et amouraché d'une Allemande qu'il voulait impressionner, Stivers accepta de transmettre le stylo et ne révéla ce geste que 58 années plus tard. Le corps d'Hermann Göring fut incinéré et ses cendres dispersées dans l'Isar, un affluent du Danube.


    0 0
  • 12/01/14--13:14: Goering Albert
  • Albert Göring (1900-1966), le frère cadet de Hermann, rejeta toute l'idéologie nazie et, usant de l'influence de son frère, permit à de nombreux dissidents d'échapper au régime. 

    Albert Göring was said to be a ladies' man, marrying four times. This photo shows him with his third wife, Mila Klazarova. He left his second wife Erna, who was ill with lung cancer, to marry Mila, a Czech beauty queen who was 20 years his junior. Together they had his only child, daughter Elizabeth.Albert Göring was said to be a ladies' man, marrying four times. This photo shows him with his third wife, Mila Klazarova. He left his second wife Erna, who was ill with lung cancer, to marry Mila, a Czech beauty queen who was 20 years his junior. Together they had his only child, daughter Elizabeth.

    Albert Göring was said to be a ladies' man, marrying four times. This photo shows him with his third wife, Mila Klazarova. He left his second wife Erna, who was ill with lung cancer, to marry Mila, a Czech beauty queen who was 20 years his junior. Together they had his only child, daughter Elizabeth.

    Ses actes de résistance ne furent jamais publiquement reconnus. Selon une autre version (retrouvée dans les archives du KGB et citée dans le livre de Julian Semenov 17 moments du printemps), Albert a utilisé sa position de frère cadet de Hermann, mais dans le but de libérer les gens qu'il trouvait sympathiques.

    Une fois, il a envoyé une demande de libération à un chef de camp de concentration, en signant juste « Göring ». Par peur, le chef de camp a fait sortir un ami d'Albert et également un dissident allemand qui avaient les mêmes noms. Cela provoqua un énorme scandale et la SS ouvrit une enquête. Hermann Göring dut user de tout son pouvoir pour faire libérer son frère.


    0 0
  • 12/01/14--13:16: Mell Marisa
  • Marisa Mell (née Marlies Moitzi le 24 février 1939 à Graz et morte le 16 juin 1992 à Vienne) est une actrice autrichienne.

    Mell Marisa Mell Marisa

    Marisa Mell a grandi à Graz sous le nom de Marlies Theres Moitzi. Dès le début, elle était passionnée de théâtre. Elle a fréquenté l'école d'art dramatique de Graz, puis l'Institut Max-Reinhardt-Seminar à Vienne. Dans sa classe il y avait entre autres entre autres Erika Pluhar et Senta Berger. Parce qu'elle voulait devenir une vedette internationale, elle a changé son nom en Marisa Mell. Après avoir terminé l'école d'art dramatique, elle a épousé le Suisse Henri Tucci. Mais le mariage n'a pas duré longtemps. Son premier succès international est venu dans le film de 1963 réalisé par Ken Russell, French Dressing.

    La même année, elle a été victime d'un accident de voiture avec de graves blessures au visage. Pendant six heures elle est restée inconsciente, sans savoir qu'elle avait presque perdu son œil droit. Elle était également gravement blessée à la lèvre. Elle a passé les deux années suivantes en chirurgie esthétique, et il ne restait aucune séquelle sur son visage, hors une lèvre ourlée de façon caractéristique. Elle a refusé un contrat de sept ans à Hollywood, disant que si le salaire aurait été élevé, "le contrat était un vrai livre. Je pense que même pour aller aux toilettes j'aurais dû demander une autorisation."

    Quand elle a déménagé à Rome, elle a joué dans des films mettant en vedette Marcello Mastroianni et Antonio Sabato. En 1971, elle joue aux côtés d'Uschi Glas et Petra Schürmann dans le dernier film basé sur l'œuvre d'Edgar Wallace Das Rätsel des silbernen Halbmonds, qui fut un succès mitigé. En 1976, elle a joué aux côtés de Tony Curtis dans Treize femmes pour Casanova. La même année, elle pose pour la couverture du Playboy italien. Les dernières années de sa vie ont été difficiles et elle a dû retourner en Autriche, pauvre et oubliée. Elle est morte en 1992 à l'âge de 53 ans d'un cancer et est enterrée au cimetière de la paroisse Kahlenbergerdorf à Vienne. En 2000, son nom a été donné à une petite rue de Vienne dans le quartier de Liesing.

     

    Filmographie

    • 1960 : Le Brave Soldat Chvéïk (Der brave Soldat Schwejk) : Olly
    • 1965 : Train d'enfer de Gilles Grangier : Frida
    • 1965 : Doubles masques et agents doubles (Masquerade) de Basil Dearden : Sophie
    • 1966 : Objectif 500 millions : Yo
    • 1968 : Danger : Diabolik ! : Eva Kant
    • 1971 : Martha : Martha / Pilar
    • 1971 : Méfie-toi Ben, Charlie veut ta peau : Sarah, une prostituée, l'ex fiancée de Ben qu'il a abandonnée devant l'autel
    • 1975 : Mahogany : Carlotta Gavina
    • 1977 : Treize femmes pour Casanova : Duchesse de Cornaro
    • 1980 : La Rage de tuer : Kim Lombard

older | 1 | .... | 211 | 212 | (Page 213) | 214 | 215 | .... | 1128 | newer